Sciences et techniques en interférences: vue synoptique et argumentaire actualisé

Ce billet contient un descriptif synthétique du projet « sciences et techniques en interférences »: l’argumentaire scientifique actualisé, les opérations de recherches en cours à ce jour, les collaborations et formations mises en place. Il a été élaboré en préparation du colloque des 7-8 février 2013 (site du colloque).

Sciences et techniques en interférences: Production, circulation et transmission des savoirs

 Le projet de recherche ici présenté est un des axes de recherche prioritaires de l’IUFM de Créteil (UPEC), en vue de la structuration d’une future ESPE sur l’académie.

1.     Contexte général du programme de recherche

Ce programme de recherche s’intéresse aux questions de circulation et de transmission des savoirs scientifiques et techniques (mathématiques, physique-chimie, biologie et médecine, technologies) dans le contexte à la fois global, dense et complexe du monde contemporain. Les évolutions politiques, institutionnelles, sociétales, technologiques et économiques des trois dernières décennies ont en effet introduit de profonds bouleversements dans ce domaine. Ces derniers ont encore été renforcés par le basculement des politiques éducatives vers une logique mettant l’accent sur les méthodes et les postures, dans un contexte de globalisation.

Tout d’abord, les espaces traditionnels de formation scientifique et technologique, depuis l’enseignement primaire et secondaire (écoles, collèges, lycées) jusqu’à l’enseignement supérieur (universités et grandes écoles) sont soumis à des demandes sociétales et politiques à la fois fortes plus ou moins bien définies, qui touchent entre autres le champs des sciences et techniques : questions environnementales, éthiques, politiques (politique scientifique et industrielle), nouvelles formes de citoyenneté, de participation ou de responsabilité… Ces demandes se reflètent dans la restructuration récente des politiques éducatives, qu’elles soient scolaires ou universitaires. Si les institutions scolaires et universitaires, de même que les instituts de recherche, restent largement structurés par les divisions disciplinaires prégnantes, notamment celles qui séparent les ‘sciences dures’ et les  technologies des lettres et sciences humaines, ces divisions sont en pleine évolution et sont traversées par des demandes d’interdisciplinarité ou de transversalité, qui agissent depuis les programmes et institutions scolaires jusqu’à l’enseignement supérieur. Ainsi, les transformations des politiques éducatives vers une organisation en termes de compétences changent-elles la donne : les programmes scolaires et les référentiels de compétences qui se sont imposés à tous les niveaux de formation, insistent sur le développement de compétences transversales d’une part, et d’autre part sur l’intégration explicite des questions ‘socialement prégnantes’ et souvent controversées, dont il était question plus haut.

En outre, les espaces de production et de transmission des savoirs scientifiques se sont diversifiés, de sorte que les institutions scolaires, universitaires (grandes écoles comprises) ont perdu leur quasi monopole sur ces questions. La formation scientifique et technologique doit désormais compter avec d’autres espaces et institutions, comme les instituts de recherche, les musées scientifiques et techniques, les entreprises ou encore les associations et institutions périscolaires, ainsi qu’avec des espaces ‘dématérialisés’ ou informels (sites collaboratifs, réseaux sociaux, savoirs médiatisés) qui font se croiser dans un espace à la fois ‘dense’ et informel, plusieurs des acteurs de ces institutions variées. Au sein du monde professionnel, les modèles de collaboration et donc aussi de formation se sont diversifiées et sont aujourd’hui renouvelés par les exigences du ‘knowledge management’. Il y a donc à la fois un éclatement ou une diversification très marqués des lieux de formation, et tout à la fois une densification de leurs interactions réciproques, les deux phénomènes conjugués produisant une situation inédite.

Corrélativement enfin à ces changements sociétaux et institutionnels qui ont recomposé les espaces de formations, les connaissances scientifiques et techniques, leur mode de transmission et de production ont été questionnés. Les savoirs scientifiques et techniques « experts » ont perdu une partie de leur prestige et de leur légitimité, au profit de savoirs profanes et « citoyens » réhabilités. De même l’incertitude sur notre avenir interroge-t-elle les modèles classiques de transmission des savoirs, notamment dans les domaines controversés comme les sciences du climat et de l’environnement, ou dans les techniques issues de la biotechnologie. C’est ce dont témoigne l’apparition de notions de « science citoyenne » et des tentatives pour la promouvoir.

Pour toutes ces raisons, les raisons politiques et sociétales qui touchent à la fois de l’intérieur et de l’extérieur les institutions classiques de production et de transmission des savoirs scientifiques et techniques, et les raisons épistémologiques qui sont le corollaire de ces changements, on peut dire aujourd’hui que les sciences et techniques sont en situation d’interférence. Les formateurs dans le domaine des sciences et des techniques, cette notion étant pris dans un sens très général, c’est-à-dire quelle que soit leur institution de rattachement, leur mode de travail ou leur posture épistémologique, éthique ou politique, sont ainsi poussés dans leur ensemble à adapter en permanence leurs pratiques de formation et d’enseignement à ces exigences aussi diffuses que générales.

 2.     Enjeux théoriques et pratiques du programme de recherche.

L’enjeu général de notre programme de recherche est à la fois d’étudier les situations dans lesquelles des savoirs scientifiques et techniques interfèrent avec d’autres savoirs (sciences humaines, savoirs professionnels, culturels..), et d’accompagner le positionnement et le travail concret des acteurs (formateurs et étudiants) de cette interférence des savoirs dans leur conception de nouveaux ‘points de rencontres’. L’enjeu global est donc à la fois théorique et pratique et doit déboucher sur une réflexion à la fois critique et prospective, les deux aspects étant le plus souvent indissociables l’un de l’autre.

Il s’agit pour nous de situer à chaque fois ces questionnements dans des contextes bien circonscrits qui nous serviront de « terrains d’étude » : le premier (axe 1) est celui de l’enseignement primaire et secondaire, qui a pour caractéristique commune d’être gouvernés par des programmes ou des référentiels de compétence spécifiques – nous nous intéressons alors à la situation d’enseignants en charge de former aux sciences et techniques soumis à des contraintes curriculaires fortes visant à définir, pour les sciences et techniques, à une injonction récente de « formation à la citoyenneté ». Le second concerne l’enseignement supérieur (universités et grandes écoles), qui se caractérise par une recherche constante d’articulation entre formation, recherche et dans bien des cas d’insertion voir de formation professionnelle. Les « enseignants chercheurs » concernés sont, aujourd’hui plus que jamais, en charge de concevoir de nouveaux enseignements ou de nouvelles interfaces numériques invitant à mettre en perspective les sciences et techniques (axe 2). Le troisième nous permet d’investiguer les diverses situations de partenariats entre des institutions ou des lieux différents de formation aux sciences et techniques, (axe 3).

Bien qu’ils soient donc construits à partir d’une diversité de situations, nos projets de recherches partagent un certain nombre de problématiques communes, qui renvoient à une grande diversité de champs de recherche et de collaborations. Ces champs de recherche sont pour l’essentiel les suivants:

  • Epistémologie et histoire des sciences des techniques, « sciences studies » ; insertion d’une perspective épistémologique et historique dans l’enseignement des sciences et techniques ;
  • Epistémologie des espaces « hybrides » de production et de transmission des connaissance, construction et déplacements des frontières disciplinaires, espaces a-disciplinaires et pluri ou trans-disciplinaires.
  • didactiques disciplinaires concernées (didactiques des sciences et techniques), didactique professionnelle, ergonomie et « design » de situations de travail et d’apprentissage ; l’histoire de l’enseignement des sciences et techniques
  • « théories sociales » des pratiques émergentes d’apprentissage et d’enseignement ; construction de la professionnalité des enseignants de sciences et techniques, éthiques professionnelles ;
  • Humanités numériques
  • Méthodologies d’enquête
  • Ethique, normes, décisions.

 

3.     Opérations de recherche en cours (liste au 5 fév 2013)

Nos trois grands axes de travail principaux nous donnent à chaque fois un ‘terrain pertinent’ pour à la fois circonstancier et enrichir les questionnements généraux signalés ci-dessus.

3.1 Axe 1, sur les injonctions curriculaires « floues » et les changements de professionnalités qu’elle implique pour les enseignants de sciences et techniques.

  • « Regards sur les missions que les enseignants se donnent lorsqu’ils font de la biologie », Michèle Dell’Angelo (STEF), Sandrine de Montgolfier (IRIS)

Consulter : http://interferences.hypotheses.org/176

 

3.2 Axe 2, sur les recherches et enseignements en sciences humaines sur les savoirs scientifiques et techniques.

  • « Conception et mise en place d’un inventaire collaboratif et heuristique des formations SHS pour des étudiants en S&T »

Consulter : http://interferences.hypotheses.org/37 ainsi que la page « critères » du carnet, qui indique l’avancement provisoire du travail

  • « Mise au point d’un modèle de travail éditorial et collaboratif associant recherche et formation » (resp. A. Bernard et Grégory Chambon, UBO et Centre F. Viète)

Consulter : http://problemata.hypotheses.org/135 pour un descriptif du projet et http://interferences.hypotheses.org/248 pour la formation associée.

 

3.3 Axe 3, sur les enseignements dans et par des environnements hybrides

  •  « Devenir enseignant du technique : l’entreprise dans la formation initiale des enseignants des disciplines technologiques et professionnelles » (resp. Michaël Huchette, Maryvonne Dussaux, STEF).

Consulter : http://interferences.hypotheses.org/199

  • projet européen EPI TRUST, workpackage « Education to Mutual Learning on Infectious diseases” (resp. Anne-Sophie Godfroy) Projet européen deposé en janvier 2013, en cours d’examen

 

4.     Collaborations en cours

4.1   Axe 1.

Marie-Claude Bernard (CRIRES, Canada-Québec), Catherine Simard (UQAR-UQAM) ; IFE (ENS Lyon)

4.2   Axe 2.

UBO et Centre François Viète (G. Chambon)

labex HASTEC (axe 7) et projet « séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures »

4.3 Axe 3.

IFE (ENS Lyon), RESTAG, AFORME, VETnet

Groupe de recherche “CoSciEns”, IUFM de Lyon, l’Espace Pierre-Gilles de Gennes, STEF (ENS Cachan) (correspondante UPEC, Anne-Sophie Godfroy)

 

5.     Axe 2 : enseignements SHS dans lesquels sont impliqués des membres du groupe

 

NIVEAU LICENCE

  • UE ‘accompagnement scientifique à l’école primaire (ASTEP)’ Resp. Michèle Dell’Angelo
  • UE ‘évolution des sciences’ (option transversale du L2 de l’UFR de sciences et techniques), resp. Arnaud Mayargue en 2013.
  • UE enseignement d’ouverture « histoire des sciences », resp. Anne-Sophie Godfroy en 2013.
  • UE ‘bioéthique médicale’ (option transversale du L2 de l’UFR de sciences et techniques), resp. Camille Roux, Patricia Albanese en 2013

NIVEAU MASTER

  • UE Option de recherche du master professorat des écoles: « Musées, histoires des sciences, médiation: enseigner à l’école avec des ressources hors de l’école » (resp. A. Mayrargue, A.S. Godfroy)
  • UE « histoire des mathématiques » pour futurs enseignants de mathématiques, M1 (Master Maths-enseignement, spécialité co-habilitée entre UPEC, UPEMLV, Univ. Paris 13). Resp. Alain Bernard
  • UE « histoire des sciences physiques et chimiques », M1 et M2, master physique-chimie cohabilité UPEC-P13-UPEMLV, spécialité Enseignement et médiation des sciences (resp. A. Mayrargue)
  • UE « épistémologie et histoire des SVT », 1ère année du master Biologie – Bioressources (UPEC-Univ. Paris7), Resp. Sandrine de Montgolfier, M. Dell’Angelo
  • UE « épistémologie et histoire des sciences et des techniques », M1 du master « Métiers de la formation aux technologies de l’industrie, de la gestion et de la santé », Resp. S. de Montgolfier

NIVEAU DOCTORAT

  • UE « Coopérations entre scientifiques et enseignants : ce qu’une expérience d’accompagnement apporte à la pratique professionnelle d’enseignant à l’université. » (resp. A.S. Godfroy, M. Dell’Angelo) – proposé en 2013.
  • UE « La dimension généraliste des formations universitaires (licence et master) : pourquoi et comment l’aborder avec les étudiants ?» (resp. A. Bernard)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *