Retour sur le colloque: Les sciences humaines dans les parcours scientifiques et techniques professionnalisant: quelles finalités et quelles modalités pratiques ?

Ce colloque très riche en échanges d’expertises et d’expériences dans une grande diversité de parcours depuis les cursus traditionnels des licences et masters de sciences et technologie en universités jusqu’aux enseignements en écoles d’ingénieurs, en passant par les écoles de médecine et les préparations au concours de professeurs des écoles, a remporté un vif succès avec 80 personnes inscrites sur les deux jours. Nous rapportons brièvement les résumés d’intervention des quatre intervenants en conférences plénière.
Le site du colloque (http://shst2013-upec.sciencesconf.org/program) permet d’accéder aux résumés des conférences et, en fichier attaché aux résumés, à la documentation complémentaire mise à disposition des collègues (diaporamas, articles, maquettes de formation…)

Christian Bonah
Département ‘Histoire des Sciences de la Vie et de la Santé université de Strasbourg

Par l’arrêté du 18 mars 1992, les ministères de l’Éducation nationale et de la Santé ont introduit un enseignement obligatoire de culture générale en première année de la formation médicale en France. L’année suivante, le 19 octobre 1993, un deuxième arrêté concernant les orientations thématiques des enseignements du premier cycle donnait à cette formation son nom et son identité de sciences humaines et sociales en médecine (SHS en médecine).
La présentation vise à proposer un bilan, 20 ans après cette initiative, des objectifs de la mise en place de ces enseignements en milieu médical, des réalisations concrètes de propositions pédagogiques obligatoires ou optionnelles depuis 20 ans, ainsi qu’une analyse de la réforme récente des études médicales (2010-2011) dans le cadre de la mise en place de la première année commune de santé (PACES).
Il s’agira d’envisager les différentes étapes parcourues par les enseignants de SHS en médecine en se penchant particulièrement sur leur interaction avec des membres des facultés de médecine, l’institutionnalisation des SHS en médecine sous forme de départements d’enseignement et de recherche, les créations de postes et les nominations spécifiques, les congrès nationaux de SHS en médecine, la création d’un collège des enseignants de SHS, la mise en place d’enseignements en 2e et 3e cycle d’études médicales et de Masters, enfin la rédaction collective d’un manuel. L’exposé présentera ensuite quelques résultats d’enquêtes nationales concernant la mise en place concrète des formations dans les différentes facultés et d’appréhender leur perception par des retours d’évaluation tant par les responsables des facultés de médecine (conférence des doyens, Assise générales de la formation médicale) que par les étudiants concernés par ces enseignements.

Christelle Didier
Centre d’éthique technologique (CET) – Université catholique de Lille

Depuis trente ans, un corpus de formation à l’éthique professionnelle destiné aux ingénieurs se s’est développé dans divers pays du monde : de nombreux manuels ont vus le jour surtout aux États-Unis où les plus connus en sont à leur 4eme édition. Une communauté de chercheurs s’est constituée à avec ses colloques, séminaires, ouvrages collectifs, revues spécialisées comme Sciences and Engineering Ethics, des articles publiés dans des revues consacrées à la formation des ingénieurs.
S’il n’est pas possible d’identifier en France une communauté scientifique dédiée à ce champ, des enseignements relatifs à l’éthique sont dispensés à de futurs ingénieurs depuis une vingtaine d’année. Et si lors du congrès de 1991 de la Conférence des Grandes Écoles, on pouvait entendre qu’ « il [était] évidemment impensable d’effectuer un cours d’éthique mais (…) impossible d’ignorer cette demande latente », évoquer l’existence d’un enseignement en éthique dédié à de futurs ingénieurs ne relève plus de l’incongru, surtout depuis que la référence est apparu dans les textes de la Commission des Titres d’Ingénieurs.
Dans cette communication nous proposons de retracer les jalons de l’institutionnalisation problématique de la formation éthique des ingénieurs en France, en analysant l’évolution des termes du débat au cours des vingt dernières années. Nous montrerons comment les travaux récents en sociologie et en sciences de l’éducation concernant la place des SHS dans les formations d’ingénieurs ont laissé de côté l’éthique dont la place est acquise en théorie dans les textes. Nous terminerons en évoquant ce que pourraient être les objectifs qu’une formation en éthique professionnelle destinée à des ingénieurs.
Michel Cotte
Centre François Viète : épistémologie, histoire des sciences et des techniques- Université de Nantes

A la lumière d’une expérience d’enseignement de l’histoire des techniques dans plusieurs écoles d’ingénieurs appartenant à des groupements différents (UT, Centrale, Polytech, ENTPE…) et de direction de département SHS au sein de certaines de ces écoles, l’auteur définira le périmètre des SHS et les philosophies affichées et ressenties de ces formations tant auprès des directions d’écoles, décisives en termes de maquettes d’enseignement, que des élèves ingénieurs. Il mettra en parallèle deux modèles d’enseignement aux origines bien différentes (UT et réseau Polytech) qui mettent en lumière les deux pôles antagonistes sur lesquels s’appuient la légitimité des SHS, tant au niveau des écoles elles-mêmes que de la CTI (Commission des titres d’ingénieur), en charge de l’évaluation des écoles. Le premier est celui de l’utilité et du rôle pratique des SHS en appui aux formations technologiques et scientifiques des écoles ; le second est la formation humaine et culturelle des élèves ingénieurs au-delà de la « compétence métier ». Par delà les fondements idéologiques à la base de chacun des groupements d’écoles évoqués (ingénieur spécialiste versus ingénieur généraliste), l’auteur s’attachera à conclure par un retour d’expérience à propos des questions institutionnelles (légitimité de ces formations, statut des intervenants, place de la recherche…), pédagogiques (pratiques pédagogiques générales et spécifiques, rôle méthodologique des SHS, interdisciplinarité, relations SHS – SPI…), et organisationnelles (cours obligatoire et cours optionnels, horaires, production de maquettes pédagogiques, …).

Muriel Guedj
Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Éducation et Formation (LIRDEF) -Université Montpellier II

Les sciences humaines et sociales peuvent-elles aider les futurs enseignants de sciences dans la pratique de leur métier?
Si l’intégration des SHS ne constitue pas un fait nouveau dans le domaine de la formation des enseignants de sciences, il n’en demeure pas moins que les Instructions Officielles visent, sur ces questions, des objectifs très généraux et finalement peu en prise avec les programmes. Cet état de fait conduit à une grande diversité de propositions d’enseignements, intéressantes mais extrêmement dispersées et finalement peu lisibles au sein des communautés concernées.
Par ailleurs, la généralisation de ces modules dans les écoles d’ingénieurs et les études de médecine ainsi que les réflexions engagées quant aux enjeux professionnels qui leur sont associés, constituent des expériences à analyser. S’il ne s’agit pas de transposer les choix opérés dans ces domaines à la formation des enseignants, pouvoir se saisir de quelques questions saillantes nécessaires à la structuration et la légitimation de ces enseignements, doit permettre d’en éclairer la nature des enjeux. Ainsi, l’identité professionnelle, l’idée de pluridisciplinarité, la connaissance de l’environnement socio-professionnel et des enjeux sociétaux constituent autant de questions communes dont la formation des enseignants devrait pouvoir s’emparer afin de clarifier la question de la place des SHS dans la pratique du métier.
C’est à l’insertion de modules d’histoire et d’épistémologie des sciences dispensés dans le cadre des masters enseignement scientifiques à laquelle cette communication se réfèrera.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *