Sciences et techniques en interférence: argumentaire provisoire

Sciences et techniques en interférences : circulations et transmissions des savoirs.

Ce texte est la présentation du projet global telle qu’elle a été élaborée en 2011-12 puis transmise début juillet à la commission ‘recherche’ de l’IUFM de Créteil, dans le cadre de l’évolution de l’institut vers une nouvelle école de la formation intégrée à l’UPEC.

Ce n’est pas un argumentaire définitif et en particulier il ne détaille les problématiques de recherches envisagées. Un texte plus complet contenant ces informations est en préparation sera publié sur ce carnet en septembre.

Contenus et objectifs • Actions en cours et envisagées

Séminaire 2014

Séminaire 2012-13 • Journées d’étude de février 2013

Contenus et objectifs

Ce projet a pour objet de travailler sur les questions de production, circulation et transmission des savoirs scientifiques et techniques, que ce soit dans un contexte scolaire, universitaire (y compris celui de la formation des enseignants), périscolaire ou informel. Notre perspective est à la fois épistémologique, historique, philosophique et didactique. Notre point de départ est un constat simple : les évolutions politiques et institutionnelles  récentes conduisent à confronter très radicalement l’espace scolaire et universitaire à des demandes sociétales et politiques bien définies, qui soumettent les institutions traditionnelles, ainsi que les enseignants, à rude épreuve. Ils sont ainsi poussés à répondre à ce qui se présente désormais comme une injonction majeure et adapter leurs enseignements, ainsi que l’environnement scolaire qu’ils élaborent, à des pratiques et des questions qui intéressent l’ensemble de la société. Pour l’enseignement primaire et secondaire, cette injonction se traduit soit par des changements de programme appelant à une telle adaptation ; soit par l’élaboration de dispositifs nouveaux conduisant parfois  à des partenariats avec des institutions extérieures à l’espace scolaire.

L’enjeu global de notre projet est de nous donner les moyens d’accompagner ces évolutions en proposant une réflexion à la fois prospective et critique sur ces questions. Plus précisément, nous distinguons trois grands axes de travail, dont dépendent à chaque fois des « sous-projets » particuliers.

1/ Les problèmes posés par l’intégration d’une perspective éthique,   épistémologique et historique sur les sciences et techniques dans le contexte scolaire (enseignement primaire, secondaire).

2/ La conception d’enseignements ou de ressources pour l’enseignement au niveau universitaires portant sur les sciences et techniques sous une perspective de sciences humaines (philosophie et épistémologie, éthique et histoire, didactique, sociologie…) : enjeu, modalités, possibilité d’une approche comparatiste, place des environnements numériques.

3/ L’école et l’université face à la diversification des sources et lieux de savoirs scientifiques et techniques et des lieux d’apprentissage.

Actions en cours ou envisagées

– Programmes de recherche :

Pour le 1er axe : une enquête a été menée auprès des enseignants de la maternelle au supérieur sur les missions que ceux-ci se donnent dans leurs enseignements relatifs au vivant. Elle est en cours d’analyse. Le projet est de la prolonger en France et au Canada avec la collaboration d’une équipe québécoise.

Par ailleurs, une étude de l’introduction d’une perspective de genre dans les formations d’enseignants et dans les curricula scolaires est en cours, en partenariat avec le RING. Ce projet a une déclinaison spécifique dans les disciplines scientifiques et techniques.

Pour le 2nd : nous mettons en place, dès l’an prochain, une communauté de pratique incluant les membres du projet et d’autres collègues de l’UPEC (faculté de médecine, de sciences, IUT) intéressés à dresser un inventaire évolutif de l’ensemble de leurs formations en sciences humaines, pour des publics spécialisés vers les sciences et techniques. Un colloque prévu en février 2013 fait partie de ce programme.

Nous mettons également en projet un « source-book » de textes historiques pour l’enseignement scientifique, dont la conception éditoriale sera le principal objet de recherche, en coopération avec l’université de Bretagne Occidentale.

Pour le 3ème : nous travaillons à la mise en place d’un projet visant à questionner la relation sciences-technologies-métiers dans la formation initiale des enseignants d’une discipline technologique. Le cas particulier étudié est la formation mise en place à l’IUFM dans le cadre du master MFTIGS.

En outre, cet axe comprend une collaboration avec le groupe de recherche CoSciences, visant à problématiser les questions de partenariats et de médiation entre la communauté scientifique, l’école et les lieux muséaux ou culturels autour de l’accompagnement scientifique . Ce projet est conçu en articulation étroite avec, d’une part, l’option recherche du master PE sur le même sujet, d’autre part avec le partenariat entre l’IUFM et le CNAM.