Projets éditoriaux, modes de lecture et ressources pour l’enseignement

Ce billet annonce la séance de séminaire ‘Sciences et techniques en interférences’ du 21 mars AM, qui aura lieu au CMC (bibliothèque centrale, salle de formation haut) de 13h30 à 16h30. L’objectif est de comparer différents projets éditoriaux sous-jacents à des publications en épistémologie et histoire des sciences à destination d’enseignants. Par ‘projet éditorial’, j’entends la manière dont les textes ont été réunis, thématisés et commentés, et en fonction de quelle conception (a) de l’acte de lecture lui-même et (b) de la participation des lecteurs visés à la conception même de l’ouvrage.

Pour initier cet examen (non abordée jusqu’ici dans le séminaire) je propose de nous fonder sur un exposé comparatif de cinq publications (abouties ou en projet) qui diffèrent entre elles  par la  conception du travail éditorial et par le résultat. Toutes ont  toutefois en commun d’avoir pour visée, au moins en partie, un lectorat d’enseignants. Je propose cinq titres, dont un projet (n°5), les enjeux de la discussion sont précisés plus bas (‘enjeux scientifiques’ et ‘organisation de la séance’).

Liste des ouvrages proposée

1. Hervé Ferrière: « l’homme, un singe comme les autres, Eléments d’histoire et d’épistémologie pour enseigner l’évolution », Vuibert 2011. Une présentation succincte, avec le plan de l’ouvrage, est disponible sur le site de la collection Snes-Adapt chez Vuibert [lien] et le ch.1, où le principe de l’ouvrage est exposé, est lisible ici: 13_03_14_FERRIERE CH1

2. Marylin Coquidé et Stéphane Tirard (dir.) « L’évolution du vivant, un enseignement à risque? », Vuibert 2009, toujours dans la collection Snes Adapt. Là encore une présentation assez complète est disponible sur le site de Snes-Adapt [lien]. L’ouvrage n’est pas à proprement parler un recueil de textes historiques, mais il s’appuie très lourdement sur une collaboration avec épistémologues et historiens, et contient un nombre non négligeables de textes illustrant le propos. Puisque Michèle (Dell’Angelo) a participé à ce travail, je suggère qu’elle nous présente son élaboration et sa visée?

3. Evelyne Barbin (dir.) « De grands défis mathématiques, d’Euclide à Condorcet », Vuibert 2010, toujours chez Snes-Adapt. L’ouvrage est une des dernières productions des IREM, qui disposent déjà d’une longue tradition d’édition et de travail collaboratif en épistémologie et histoire des sciences pour enseignants. Une présentation est lisible sur le site de l’éditeur [lien].

4. Alain Bernard, Caroline Ehrhardt, Grégory Chambon (coordination): « le sens des nombres, mesures, valeurs et informations chiffrées: une approche historique »,  Vuibert 2010. Une présentation complète est disponible là aussi sur le site de l’éditeur, où l’intro est reproduite in extenso [lien] – j’attire notamment votre attention sur les deux derniers §, ‘une question d’actualité pour la recherche en histoire’ et ‘organisation de l’ouvrage’. Un article ‘compagnon’ existe sur hal-SHS, qui retrace la genèse de ce projet et en explique les difficultés, je m’appuierai lourdement sur ce ‘compte-rendu critique’ dans ma présentation [lien]

5. Alain Bernard, Grégory Chambon (dir.) « les séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures ». Il ne s’agit pas d’un texte publié mais d’un simple projet, dont une partie entre dans le 2ème axe de travail du projet ‘sciences et techniques en interférences ». Une présentation du projet est lisible sur le carnet du projet collaboratif sur les séries de problèmes [lien]

Ce premier examen  vise à lancer une discussion qui pourrait se prolonger dans les années qui viennent par l’examen d’autres exemples – je pense notamment aux productions anglo-saxonnes, comme le manuel d’histoire des sciences qu’Anne-Sophie se proposait de nous présenter (faut-il dès maintenant l’ajouter à la liste?). Et bien sûr beaucoup d’autres productions peuvent être examinées, le choix ne manque pas…

Enjeux scientifiques

Cet examen comparatif me semble avoir au moins trois enjeux importants, qui renvoient tous les deux, à leur manières, aux interrogations contemporaines sur le devenir du livre dans cet espace éditorial et de lecture « élargi » qu’ouvrent les technologies numériques:

  • quel mode de lecture et d’exploitation est-il attendu  de ces ouvrages? Ce problème (peut-être?) renvoie aux problématiques de l’axe ‘littéracie » du projet de future ESPE
  • quelle conception du travail des enseignants sur leurs propres ressources est-elle sous-jacente à ces modes d’édition? Ce problème renvoie quand à lui directement aux recherches récentes sur les « ressources vives » pour l’enseignement (Trouche, Gueudet et alii).
  • quel type de collaboration sous-tend il à chaque fois les projets éditoriaux? Quelles sont les institutions en jeu, quand elles existent, et comment les contributeurs de l’ouvrage ont-ils coopéré pour sa réalisation?

Organisation de la séance (proposition)

je propose simplement de commencer par une introduction reprenant les enjeux de la discussion, puis de consacrer une demi-heure par publication, en fonction toutefois de celles qui intéresseront le plus les participants.


3 réflexions au sujet de « Projets éditoriaux, modes de lecture et ressources pour l’enseignement »

  1. Ping : Séries de problèmes commentées – préprojet (1) | Séries de problèmes

  2. Il serait intéressant d’ajouter peut être un ouvrage comme celui des enseignants de sciences humaines en médecine dont nous avons discuté avec Bonah ? Mais ce serait un ouvrage à destination des enseignants du supérieur.

    • L’idée serait d’inviter C. Bonah à en discuter avec nous l’an prochain, s’il est disponible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *