Séance du 16 janvier au STEF, ex post

Suite à l’intéressante discussion d’hier (annonce), j’essaie de récapituler dans ce billet (a) ce qui, dans la recherche conduite par Sandrine et Michèle, m’a paru intéresser le projet S&T en interf. en entier; et (b) le rapport possible à d’anciennes activités de formation continue sur « mathématiques et citoyenneté » sur lesquelles j’ai déjà commis en décembre 2012 un billet.

Ce qui intéresse notre projet en entier

Je crois avoir bien compris maintenant que le projet de lecture et d’analyse des textes prescriptifs en SVT, dans une perspective comparatiste France-Québec, vise à questionner en profondeur la façon dont les exigences1 de « formation / éducation à la citoyenneté » informent en profondeur la conception et arrangement des programmes.  Si j’ai bien compris là aussi, le choix de la thématique transversale du « regard sur le vivant » n’est pas innocente à cet égard: elle offre un « point d’entrée » potentiellement révélateur sur cette articulation.

Je reformule tout d’abord ma remarque d’hier: si j’ai correctement compris la problématique, alors le choix restrictif de ne lire que les programmes, et pas les préconisations ‘parallèles’ du socle commun ni les textes d’accompagnement m’a surpris: car c’est probablement dans ces textes2 qu’on pourrait trouver des articulations ‘profondes’ entre (a) les préconisations génériques sur la formation éthique, la formation à la citoyenneté, ou équivalents; et (b) la manière dont les programmes sont pensés et formulés. A titre d’exemple, j’ai moi-même exploité cette année, pour la formation des futurs enseignants en maths sciences, l’intéressant texte d’accompagnement des programmes rénovés de la voie professionnelle, qui justifient l’esprit des nouveaux programmes: lien (p.2, voir « motivations »). Dans une enquête équivalente pour les programmes de mathématiques, je me serait intéressé à ce type de préconisation..

Cette question est probablement liée à un problème de faisabilité: pour cela peut-être des outils d’analyse linguistique de documents à large échelle, serait-elle utile? Dans les termes la conclusion de l’exposé, qui ouvrait plusieurs perspectives d’élargissement, on peut s’attendre à ce que des enquêtes étendues à d’autres types de documentation amènent une meilleure visibilité sur la problématique…

Quoiqu’il en soit, il me semble – là encore si j’ai bien compris la problématique!- que nous approchons là un des « terrains » dont il est question dans notre argumentaire général: si en effet la démonstration vise à mettre en évidence qu’on a ‘structurellement’ placé les enseignants dans une position malaisée, où ils doivent croiser dans un même travail plusieurs injonctions qui ne sont pas toutes du même niveau, et dont certaines répondent à une définition et à un cadre culture ou idéologique qui n’est pas toujours bien explicité (du moins en France), alors il y a bien friction entre plusieurs espaces où s’élaborent de la connaissance « sur » les sciences et techniques, et où les enseignants sont acteurs. Nous aurions donc là le moyen de mieux poser ce qu’est la perspective longue de ce travail, pour autant qu’elle s’inscrive dans le projet S&T en interférences.

La transposition possible aux mathématiques?

J’avais indiqué déjà que l’étude proposée, dans le seul cadre des SVT, me semblait avoir des conséquences possibles très intéressantes pour l’analyse du travail des enseignants de mathématiques dans le secondaire, au collège et surtout au lycée, aujourd’hui. Les causes, à entendre l’exposé d’hier et comparées au travail que je conduis quasi quotidiennement sur la formation des dits enseignants, me semblent très claires: dans l’espace de moins de dix ans, on a inscrit très profondément dans les programmes les perspectives d’éducation à la citoyenneté, via l’amplification massive de la place des statistiques et probabilités dans les programmes. Cette évolution ne s’est pas faite sans tensions et elle continue à alimenter des débats houleux dans la communauté des mathématiciens, y compris les formateurs et enseignants.

Au delà de ces débats, un des problèmes cruciaux que pose cette évolution est le malaise créé dans une communauté d’enseignants et d’étudiants, qui ne sont pas du tout habitués à affronter des problématiques ‘intégrées’ d’éducation à la citoyenneté. A titre d’exemple, j’ai donné récemment un sujet à mes étudiants préparant le CAPES de mathématiques dans le cadre du master maths-enseignement sur l’UPEC, qui croise le travail sur des connaissances probabilistes, avec des problématiques d’éducation à la citoyenneté:3 14_01_08_UPEC ORAL 2 Probas cond. La question portant sur la manière de ‘récupérer’ pédagogiquement la remarque (fictive) de l’élève au page de la p.1, pose généralement de très sérieuses difficultés aux étudiants, car elle les oblige à investir l’espace flou d’un débat argumenté où le point de vue mathématique (au sens ici des résultats prouvés dans l’exercice) doit être situé et défendu dans un contexte plus large: d’autres chiffres, d’autres renseignements, d’autres points de vue possibles.

Je parle là d’une activité pédagogique, ou du moins de son support possible.  Mais la rédaction des programmes eux-mêmes, ainsi que les documents d’accompagnement, sont difficiles à déchiffrer pour les étudiants et les collègues: cela représente beaucoup de connaissances nouvelles4 et une difficulté à situer le lien entre ces programmes et un esprit plus global et transversal: celui de la fameuse « éducation à la citoyenneté » qui demande de nécessaires mises au point pour être bien comprise (voir le billet signalé ci-dessus, où j’ai montré les moyens – très datés désormais- que nous avions utilisé pour inviter à réfléchir à ces questions).

Là encore, j’imagine que le type de recherche menées par Sandrine et Michèle, gagnerait à être explicité au niveau méthodologique, pour pouvoir en étudier des transpositions possibles; et pour ce qui concerne les programmes, on peut bien imaginer qu’il soit possible de donner aux enseignants des « points d’entrée » dans ces problématiques complexes. Quelle forme de tels points d’entrée pourraient ils prendre? C’est une question à discuter… Mais ce serait probablement utile car nous manquons à mon avis de ‘littérature grise’ permettant aux enseignants ou aux futurs enseignants de construire un point de vue critique sur les programmes et leur logique d’ensemble, en tenant compte de la « réalité du terrain ».

PS: on peut lire ici les transparents de la formation pour le CAPLP à laquelle j’ai fait allusion plus haut: 13_09_20_M1 CAPLP HDS Stats et probas

 

 

 

 

 

 

  1. apparemment anciennes, mais finalement assez récentes dans leur formulation contemporaine comme dans leur conception []
  2. ceux du socle commun, et les textes d’accompagnement qui souvent précisent l’esprit – textes qui du reste ne cessent de se multiplier et s’amplifier []
  3. l’activité est directement tirée d’une brochure ‘mathématiques et citoyenneté’ de l’IREM de Paris 13 et a été exploité pour le stage dont il a été question plus haut []
  4. la chose étant aggravée par le manque de familiarité globale avec les concepts de probabilités et surtout de statistiques inférentielles en France, car le sujet a été globalement minoré dans l’enseignement des mathématiques []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *