De l’intérêt du concept de « communauté de pratique » pour notre projet (I = généralités)

Pour ce billet j’ai surtout travaillé à partir de l’ouvrage suivant: Communities of Practice, Learning, Meaning and Identity, CUP 1998 [synopsis par l’auteur lui-même] auquel je suis venu par l’ouvrage co-écrit, manifestement destiné à un lectorat plus large, où les auteurs proposent des recommandations pour cultiver les « communautés de pratique » (voir McDermott, Snyder + Wenger lui-même, Cultivating Communities of Practice, Harvard Buiseness School Press, 2002, )

L’ouvrage de 98 est beaucoup plus théorique et donc mieux adapté à notre réflexion collective, même si le second contient d’utiles recommandations, qui ne sont pas du reste absentes de l’épilogue du 1er texte. Wenger lui-même est un universitaire qui a développé l’essentiel de ses théories au sein d’un centre californien « the Institute for Research on Learning »1 avant de devenir une sorte de consultant indépendant qui n’affiche aucune autre affiliation que la société de ‘consulting’ qu’il a lui-même créé. Il se présente donc désormais (depuis 97) comme un « Independent researcher, consultant, author, and speaker ». On peut consulter, pour plus de détails, son ancien site [] et le nouveau [], qui dépend de la société qu’il a fondé avec son épouse mme Wenger Trayner.

Je signale que ce site contient dans la page ‘ressources’ [] une sorte de ‘cours accéléré’ sur les communautés de pratique et ses différentes applications: le texte se présente comme un ‘FAQ’ organisé thématiquement – il est visiblement d’une lecture très commode. Parmi les ressources, Wenger signale lui-même un pdf qu’il a composé en 2006 « Communities of practice, a brief introduction » [] et à l’issue duquel l’ouvrage de 98 est clairement présenté comme la ‘deep foundation’ de toute la théorie.

Les notes qui suivent ne contiennent donc pas de résumé de l’ouvrage: je considère que les documents ci-dessus en livrent déjà plusieurs assez détaillés et bien faits.

Cette première note est une présentation générale de l’analyse possibles de la notion de CoP et de son intérêt pour notre projet; elle donne aussi les références aux textes publiés en ligne, permettant de comprendre ‘les fondamentaux’ de sa théorie de ‘situated learning’. Dans les notes suivants j’entrerai davantage dans les détails.

 

Le style et la structure de l’ouvrage (= warning)

Je dois dire qq mots du style très particulier dans lequel l’ouvrage est rédigé. Comme l’auteur l’explique lui-même, il ne s’agit pas d’un ouvrage académique habituel, au sens où il ne présente pas comme une discussion savante qui confronterait un modèle de ‘social learning’ aux autres: les références savantes à une (impressionnante) multiplicité de modèles et de champs scientifiques sont bien présentes, et ces références sont commodément résumées dans une partie dédiée ‘intellectual context’ au sein de l’introduction, ainsi que dans les notes – peu nombreuses mais bien rédigées au demeurant- où EW précise sa position vis-à-vis de certains débats en sciences sociales (ethnographie et sociologie notamment).

La raison du choix délibéré de ce style ‘para-académique’ est précisé en toute clarté dans l’introduction: l’ambition de EW est double, faire progresser la théorie du ‘social learning’ d’un côté, et promouvoir de nouvelles formes susceptibles de créer un contexte favorable aux apprentissages et à l’innovation en général, d’un autre côté. Cette double visée est très bien résumée dans le § suivant, que je cite in extenso (c’est moi qui souligne):

A social theory of learning is therefore not exclusively an academic enterprise. While its perspective can indeed inform our academic investigations, it is also relevant to our daily actions, our policies, and the technical, organisational, and educational systems we design. A new conceptual framework for thinking about learning is thus of value not only to theorists but to all of us – teachers, students, parents, youths, spouses, health practionners, patients, managers, workers, policy makers, citizens- who in one way or another must take steps to foster learning (our own and that of others) in our relationships, our communities, and our organizations. In this spirit, this book is written with both the theoretician and the practionner in mind. (p.11)

Cette visée assumée et bien particulière entraîne un effet de structure assez clair:

  • la discussion académique est limtée aux notes, à la bibliographie, et au passage très succinct que j’ai indiqué (p.11-15);
  • le coeur de l’exposé est développé comme un exposé dogmatique, proche d’un essai philosophique, à ceci près qu’il est illustré par un ‘case study’ sur lequel je reviendrai: la vie d’une communauté d’une petite unité administrative de ‘claims processors’2  dans une compagnie d’assurances.
  • Enfin et même si la notion de ‘community of practice’ (CoP) est introduite explicitement comme une ‘donnée de nature’, et donc un concept aux vertus d’abord descriptives de situations qui nous sont familières, et qui traversent en outre tout l’espace social, le long epilogue simplement intitulé ‘design’ expose la manière de cultiver en pratique et de manière adéquate les CoP: il y a donc une perspective fondamentalement prospective et dirigée vers l’action, qui définit le ‘punchline’ de l’ouvrage.

Mon commentaire: cette structure éveille en moi des sentiments mêlés. D’un côté le ton dogmatique de l’exposé, et le côté très ponctuel des références académiques, donnent le sentiment d’être très vite prisonniers d’un système dont les fondations ne semblent pas entièrement ouvertes à la discussion. Des concepts savants et forts subtils sont introduits et justifiés par une argumentation ‘spiralée’, qui permet d’assimiler les notions en y revenant sans cesse par des cercles toujours plus vastes et ‘compréhensifs’. Au bout de qq chapitres, on finit donc par ‘penser Wenger’ assez efficacement, mais avec un très vague sentiment qu’on est en train de se « faire avoir ». De même, si le cas de la communauté des ‘claims processors’ est très intelligemment décrit, le lien entre les innombrables données empiriques invoquées, et le développement ‘heuristique’ de la théorie, n’est pas mis en évidence de manière critique: il faut assez souvent se contenter de suivre EW dans un chemin de pensée dont les ‘ficelles’ sont laissées en partie dans l’implicite.

Cet aspect des choses, notons le au passage, n’est pas dissociable de la volonté parfois assumée jusqu’aù bout3 d’écrire une sorte de conte philosophique, un peu semblable au Timée de Platon, proposant une théorie subtile et pan-englobante du monde. De même, et comme dans la tradition philosophique grecque, ce style a des vertus pédagogiques assumées: il s’agit de convertir l’âme, de nous amener au point où nous puissions lire l’épilogue et en tirer des conséquences concrètes.

D’un autre côté, il ne fait pas de doute que le dilemme théorie / pratique exposé ici est familier à quiconque s’est occupé de formation d’enseignements, et se retrouve jusque dans notre projet de recherche: nous cultivons volontairement une ambiguité, qui consiste à poser les fondements d’une réflexion théorique inscrite dans différents champs, mais en gardant pleinement ouverte la possibilité de participer aux changements que nous décrivons, ou à résoudre certains des dilemmes mis en valeur. De ce point de vue, sa perspective paraît extrêmement bien adaptée à notre projet.

J’en tire une 1ère conclusion, en forme de question: comment se saisir d’un cadre théorique exposé d’une manière aussi dogmatique, mais qui paraît par ailleurs inévitable car particulièrement bien adapté à notre projet? Du reste le concept est devenu tellement répandu qu’il présente au moins l’avantage de sa dissémination et du fait qu’il participe désormais d’une culture commune qui dépasse de très loin la communauté des enseignants et formateurs d’enseignants. Mais au delà de cet avantage ‘situationnel’ et quasi-publicitaire, que faire de la notion?

Je vois pour ma part deux grandes réponses à cette question:

  • le concept de communauté de pratique est d’une extrême généralité et est volontairement pensé pour s’appliquer à un cercle très large de situations d’apprentissage, dont le cadre dépasse de très loin le cadre scolaire ou académique. En particulier, la notion d’apprentissage de savoirs scientifiques et techniques n’est pas le centre du questionnement, même si plusieurs exemples sont pris dans ce domaine (communauté d’ingénieurs, de techniciens, de chercheurs universitaires en sciences..) et même si, d’un point de vue théorique, plusieurs emprunts sont faits à l’anthropologie des sciences et des techniques moderne (B. Latour ou S. Star..).
    La question est donc posée, de savoir comment le concept peut être reprise, transformé, « réapproprié » pour qualifier des espaces sociaux d’apprentissage et d’innovation où l’enjeu est en partie liée à des savoirs dont l’extension et la généralité dépasse le plus souvent de très loin la sphère de ‘petites communautés’.
  • Même si les références académiques aux débats et recherches sous-jacents à l’invention du concept de ‘CoP’ sont ‘marginalisées’, au sens propre, dans l’ouvrage, elles n’en sont pas entièrement absentes et peuvent être récupérées relativement facilement, en s’aidant au besoin de la trajectoire personnelle d’E. Wenger qui est très bien décrite sur son site, ainsi que de ses ouvrages antérieurs, notamment l’ouvrage co-écrit en 91 avec J. Lave, Situated Learning: Legitimate Peripheral participation, CUP – et donc EW annonce lui-même le caractère préparatoire et heuristique []. C’est dans cet ouvrage que la notion a été introduite.

 

  1. La description des missions de cet institut est en soi intéresante: « The Institute for Research on Learning (IRL) is a non-profit organization founded in 1986 in Palo Alto, California, committed to understanding what leads to successful learning in the schools, the workplace, and everyday life. A basic premise of IRL research, that people learn best when they are engaged with others, leads IRL’s researchers to perceive schools and workplaces as communities of learners and to focus on the design of environments, technology, and activities that support learning as a collaborative activity. IRL pursues its research in collaboration with schools, universities, corporations, and government agencies—in the actual settings in which learning takes place. » (W. Clancey, Overview of the institute for research on learning, CHI ’92 Proceedings of the SIGCHI conference on Human factors in computing systems ) []
  2.  Ce sont les personnes qui s’occupent de gérer les réclamations et demandes de remboursement adressées par les clients de la compagnie à cette dernière. []
  3.  Voir par exemple le ‘coda I’ à la fin de la première partie, qui se présente comme une réflexion philosophique partant de deux questions, l’une empruntée à des maîtres zens (‘que connaît la fleur de ce qu’être une fleur veut dire?’) et l’autre de son cru (‘que connaît un ordinateur de ce qu’être une fleur veut dire?’) []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *