Edition collaborative et médiation des sciences et techniques.

Suite à une discussion entre Loïc Petitgirard [x] du laboratoire HT2S au CNAM [x], je récapitule ici l’ensemble de mes projets en cours pour développer une forme originale d’édition collaborative qui peut-être vue comme une forme originale de médiation entre le monde de la recherche en sciences humaines, et les professionnels de l’éducation.

Il se trouve que Loïc développe au CNAM, avec Michel Letté [x], un projet dont l’esprit est extrêmement semblable, et qui peut être vu comme le développement d’un travail pédagogique lié au carnet de recherche « la lucarne » [x].

Nous nous sommes donc promis de nous revoir début septembre, pour envisager la tenue d’une journée d’étude qui permettrait la présentation comparative des deux projets.

J’ai pensé que l’information que je récapitule ici de manière synthétique pouvait intéresser plus d’un-e collègue, j’ai donc préféré en fait un billet plutôt qu’un simple message privé à Loïc. Tous commentaires bienvenus!

************

Le projet que j’ai en tête part d’un modèle éditorial étudié par Grégory Chambon, Caroline Ehrhardt et moi-même pour permettre l’édition d’un recueil de textes commentés, sur le modèle des anthologies ou « source-books » qu’a développé le monde anglo-saxon depuis plus longtemps que chez nous. Le processus éditorial avait pour particularité d’associer, autour d’un thème transversal, un ensemble de chercheurs en charge de commenter les textes choisis, et des enseignants en poste auxquels certains de ces textes étaient présentés en formation continue pour qu’ils en éprouvent l’intérêt pour eux-mêmes et pour leur pratique professionnelle.

L’ouvrage issu de ce processus  a paru en 2010 et son sommaire ainsi que son introduction sont lisibles en ligne [x]. Cette édition a un « article compagnon » qui explique en détail les problèmes et perspectives soulevés par ce travail éditorial de nature particulière. [x]

Dans le cadre d’un nouveau projet de recherche initié depuis 2011 au sein du labex HASTEC [x] sous le titre « les séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures » (carnet), Grégory et moi-même avons relancé l’idée d’un projet éditorial suivant le même principe. L’idée initiale a été exposée une première fois en 2012 (billet) mais n’a pu voir alors le jour en raison de notre indisponibilité matérielle.1

Pendant l’année 2012-13 au sein de « S&T en interférences », nous avons néanmoins eu le temps de poser les bases d’une réflexion comparatiste autour des projets semblables d’éditions de textes commentés à destination d’enseignants. [annonce; synthèse]. La synthèse a permis notamment de dégager différents critères permettant d’évaluer ce type de projet et donc de repérer les « points clés » à observer.

Plus récemment, une séance commune du séminaire 2013-14 a permis de comparer le travail autour des ressources en histoire des sciences pour l’enseignement, en profitant des apports de notre Muriel Guedj (Univ. et ESPE de Montpellier). [annonce] La comparaison entre deux projets de nature très différents, mais complémentaires, a permis une première mise en perspective du projet – une carte mentale [x] permet d’accéder à ma présentation 2

Une présentation doit avoir lieu à Copenhague en juillet pour présenter un développement du projet pouvait intéresser la formation des enseignants de mathématiques [résumé]: elle insiste dans ce cas sur l’intérêt que peut avoir le groupe de travail « enseignants » associé au projet, pour l’approfondissement sur la pratique professionnelle.

Ce projet a été relancé plus récemment et est destiné à devenir l’ossature principale du projet « séries de problèmes »: toutes ses activités scientifiques et pédagogiques graviteront autour d’un séminaire de lecture de textes autour du thème des séries de problèmes, qui débouchera sur un recueil de textes commentés du même type que « le sens des nombres », mais avec un appareil plus riche de commentaires et une construction (si possible) plus rigoureuse, en termes notamment de collaboration et d’attendus vis-à-vis de chacun des participants. C’est ce projet que je compte élaborer avec Grégory Chambon et Katalin Gosztonyi dès l’an prochain, et pour lequel un regard croisé avec celui de Loïc et Michel nous serait extrêmement utile!

  1. En 2012 s’annonçait déjà la réforme qui a donné jour aux ESPE, et nous a pris une bonne partie de l’année 2012-13… []
  2. Mais un commentaire oral est probablement nécessaire pour bien la comprendre.. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *