Edition collaborative et médiation des sciences et techniques (3)

Ce billet complète et actualise deux précédent billet sur une possibilité de coopération avec le CNAM sur différents projets d’édition collaboratifs, suite à une discussion avec Loïc Petitgirard début juillet, puis avec Muriel Guedj le 15.9.14 [précédente version]

Voici un nouvel argumentaire pour la journée d’étude que nous avons pressentie, qui précise un peu plus les attendus (ajouts en rouge)

TITRE = Croiser les expertises de chercheurs, d’enseignants et de médiateurs culturels dans des projets collaboratifs touchant l’histoire des sciences et des techniques : étude comparative et mise en perspective.

La journée d’étude a pour premier objectif de permettre une rencontre raisonnée entre plusieurs projets collaboratifs ayant en commun d’avoir un objet intéressant la culture scientifique et technique et l’histoire des sciences, et de faire travailler ensemble, sur ce même objet, des experts scientifiques, des professionnels, notamment enseignants et médiateurs, et des amateurs. De ce point de vue le but est de permettre les échanges d’idées, d’examiner les points de comparaison ou de divergence entre les idées directrices et les aspects pratiques de chaque projet.

La journée sera organisée de façon à laisser du temps de discussion sur chaque projet, mais en évitant tout exposé trop technique et détaillé1: cela ne permettrait pas de dégager les enjeux d’une comparaison entre ces projets, notamment pour la définition de projets de recherche intégrant des perspectives de formation et de médiation. L’objectif général est en effet de dégager si possible de cette analyse comparative les lignes de forces communes à l’ensemble des projets et permettre ainsi une mise en perspective . 

En particulier, nous interrogerons la question du croisement concrets d’expertises et de pratiques a priori dissemblables. Quel est le sens et l’intérêt de ce croisement ? Quels sont les espaces qui le permettent ? Ces croisements mettent ils en cause, ou au contraire confortent ils, la légitimité des pratiques et des savoirs de chaque partenaire ?

Intervenants : A. Bernard sur le projet éditorial lié à « séries de problèmes »; G. Chambon sur la formation histoire des sciences et médiation culturelle à l’UBO; M. Guedj sur la valorisation des collections scientifiques de l’université de Montpellier; des collègues du DICEN sur un projet lié au MNHN et associant experts et amateurs.

  1.  Tous ces renseignements détaillés seront donnés en amont sous forme de présentations synthétiques. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *