Croiser les expertises pour une valorisation des collections universitaires : apport à la recherche.

Ce billet a été rédigé par Muriel Guedj.

Contexte

Le patrimoine scientifique de l’université de Montpellier est constitué de collections originales et diverses, significatives d’une histoire scientifique d’envergure. Néanmoins, rarement exposées faute de lieu dédié, ces dernières sont très largement méconnues et nécessitent que des actions de valorisations soient engagées. Le projet dans son ensemble vise donc la valorisation des collections en proposant des actions diverses, expositions notamment, pour lesquelles nous souhaitons la diffusion auprès d’un public scolaire/grand public tout  en impliquant des étudiants et faire avancer la recherche dans le domaine de l’EHST1. C’est ce dernier point qui fait l’objet de la présentation pour la rencontre des séminaires Légitimation et Sciences et techniques en Interférence. Il paraît en effet pertinent de questionner la place des objets scientifiques comme matériaux spécifiques permettant de mieux comprendre les contextes de connaissances participant ainsi à la production d’une histoire des sciences enrichie. En contrepartie il semble que cette approche soit à même, de part son point de vue distancié, de s’emparer des questions liées à la diffusion et de contribuer aux choix à opérer dans le domaine de la muséographie pour ne citer que ces aspects.

Dans ce contexte général deux questions émergent plus particulièrement:

  • Comment valoriser, du point de vue de la recherche,  les collections universitaires constituées d’instruments scientifiques, d’objets  au sein de collections  et d’archives documentaires alors que les spécialistes des objets (conservateurs, chargé des collections) et spécialistes des archives (bibliothécaire, chargé des fonds de documentation) appartiennent à des réseaux éloignés (géographiquement mais également d’un point de vue méthodologique)?
  • En quoi ces croisements de regard participent-ils à un apport à la recherche  et surtout comment  rendre opérationnel cet apport ?

Première réponse et études de cas

La première réponse est institutionnelle. Profitant de la fusion des universités, une direction dédiée  à la Culture Scientifique et au Patrimoine Historique  (CSPH) a été constituée alors que le Service Commun de Documentation de l’Université s’est doté d’un service lui même dédié au patrimoine documentaire. Dans son cahier des charges, la direction CSPH a notamment pour mission de structurer la recherche du domaine.

Cette première étape rend compte de deux éléments non négligeables : l’intérêt de l’institution pour ces questions (coûteuses mais visibles) et la légitimité désormais attachée à la question de recherche posée dans le cadre de cette présentation.

L’analyse rapide de deux études de cas significatives d’actions de diffusion récentes menées avec le souci d’impliquer des acteurs divers permet d’alimenter notre question de recherche.

1/ C’est le cas du traitement informatique d’une gravure du 18è siècle qui permet de révéler les détails d’une aurore boréale vue à Montpellier en 1737. L’ensemble fait partie d’un dispositif muséal dans un lieu d’art contemporain de la ville [consulter lien1; lien2]

Sans proposer ici de grille d’analyse heuristique, le résultat de cette action correspond à nos attentes en matière de valorisation et d’apport à la recherche.

La mise en jeu d’une diversité d’acteurs (conservateur, informaticien, chercheur (EHST et cosmologie) responsable du fonds patrimonial, commissaire d’exposition) ayant contribué de manière très spécifique au projet, l’œuvre exposée et la médiation associée ainsi qu’une publication en cours qui relève tant du domaine des sciences que de l’histoire des sciences sont les indicateurs d’un travail collaboratif. Cependant sans anticipation explicité ni analyse a postériori  cette expérience se limite à donner des pistes.

2/ La deuxième action correspond à celle d’une exposition en collaboration avec la ville,  et la DRAC « Du savoir à la lumière, les collections universitaires montpelliéraines » [lien3]

Outre les questions classiques relatives à une exposition dans un lieu d’art et de patrimoine, la question de la cohérence scientifique pour anticiper une médiation doit ici être appréhendée. En quoi le fait de choisir certains objets et de les assembler nourrit des questions nouvelles ? Un écorché seul, un mur d’oiseaux sans nom, l’absence de tout contexte, etc.: quelles questions cela pose-t-il ? La visite du lieu par un historien des sciences engage à formuler un autre type de questionnement : quels sont les usages et les pratiques (enseignement, recherche ?) associés aux objets, comment sont-ils  fabriqués, etc ? On voit ici s’esquisser des questions de recherche qui permettent de situer les collections dans un contexte local porteur de sens. Comment dans cette situation chaque acteur peut-il se saisir de ces questions apportant ainsi à la recherche  son expertise ?

Ces deux situations interpellent la place des divers acteurs dans le processus d’ensemble. En quoi un conservateur (par exemple) dont les missions relèvent de la préservation, la mise à disposition et la valorisation  (exposition, production de textes) pose-t-il des questions spécifiques et fécondes pour la recherche ? Comment problématiser les questions de manière à ce que chacun puisse se les approprier et contribuer de manière originale au travail collaboratif tout en partageant la même problématique ?

 Des outils en construction

Plusieurs outils, non dédiés à ce travail, mais en lien avec la question de la recherche ont été élaborés. Le premier s’inscrit dans un projet qui vise à la constitution d’une ontologie de référence nécessitant de modéliser un domaine de la connaissance [semanticHPST] Ce travail qui s’attache à décrire les connaissances, prend appui sur des archives documentaires (indexation de textes) et également sur les objets des collections mis en lien avec les objets de l’ontologie. De par les liens qu’il permet d’identifier, il doit permettre l’émergence de questions nouvelles. Même si divers acteurs s’emparent de ce travail (étudiants pour l’indexation) il ne constitue pas une valorisation en soi.

La constitution d’un MOOC dans le domaine de l’EHST constitue un second outil qui présente l’intérêt d’associer les étudiants/apprenants. L’évaluation du MOOC porte en effet sur la nécessité d’identifier et de documenter, un objet des collections avant de le présenter sur un mur virtuel tout en justifiant les choix opérés tout au long du processus. Une évaluation entre pairs sanctionne ce travail.

Enfin, la question de la recherche donne lieu à un séminaire mensuel.  Le séminaire intitulé « Penser l ‘objet : enjeux et perspectives pour la recherche en histoire des sciences et de l’éducation » rassemble des chercheurs et des doctorants ainsi que des responsables de fonds documentaires.

Des questions à approfondir

Si ces différents outils présentent tous un lien entre valorisation et recherche, aucun d’entre eux n’est réellement adapté à cette approche collaborative. Faut-il inventer un nouvel outil et peut-on pour cela s’appuyer sur les outils existants ? Par ailleurs il convient de constater que les acteurs engagés -y compris lorsqu’ils sont présents physiquement dans le séminaire- rencontrent des difficultés pour que la discussion  permette réellement des interférences et ne se réduise pas à une juxtaposition de points de vue  et de propositions. Comment mettre en discussion une diversité d’acteurs et avec quels outils ?

  1.  Epistémologie histoire des sciences et des techniques []

Une réflexion au sujet de « Croiser les expertises pour une valorisation des collections universitaires : apport à la recherche. »

  1. Ping : [Culture – Patrimoine] Revue de presse Mars 2015 | Jeunesse & Développement local, associatif et culturel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *