Edition collaborative et médiation des sciences et techniques – ex post

Ce billet fait suite à la table ronde coordonnée par Loïc Petitgirard et moi-même le 9 avril dernier [argumentaire et programme]. J’y propose quelques réflexions complémentaires, en vue de préparer la suite de cette réflexion, par l’organisation d’une journée d’étude l’an prochain, ainsi éventuellement qu’une publication commune.

Les réflexions qui suivent s’appuient et prolongent mes réflexions préparatoires, comprenant en particulier le résumé de ce que j’ai présenté par oral, et qui sont lisibles ici: Notes Prep Alain. J’en recommande la lecture pour bien comprendre ce qui suit.

J’ai retenu pour l’instant (et sous réserve de discussions ultérieures avec Muriel, Loïc, Michel) deux idées essentielles qui me semblent pouvoir ou devoir être approfondies dans une étape ultérieure du travail:

1/ explorer le détail des procédures éditoriales et de leurs enjeux.

Comme je l’ai indiqué en réaction à nos échanges du 9 avril (voir mes notes), la confrontation au projet sous-jacent à l’atelier « la lucarne », m’a permis clarifier le projet de médiation des textes que j’avais en tête pour les « séries de problèmes ». En concertation avec un certain nombre de collègues impliqués directement ou indirectement dans le projet, j’ai proposé la fondation sur Créteil d’un nouveau groupe IREM « histoire et épistémologie », associé à un carnet de recherche fonctionnant en partie sur les principes retenus pour « la lucarne », et qui donnerait l’occasion d’une lecture plurielle des dossiers documentaires étudiés dans ce cadre, en privilégiant notamment:

  • la définition précise d’un mode d’éditorialisation qui permette aux enseignants partenaires (en poste ou en formation initiale) d’élaborer une production en lien à la fois aux objets ‘historiques’ étudiés, et à leur pratique professionnelle
  • les réflexions de niveau recherche sur les modes d’écriture retenus, la manière de penser les objets qui font l’objet d’une lecture croisée au sein du groupe, enfin le rôle qu’ils ont dans le développement d’une posture réflexive pérenne.

Suite à deux réunions préparatoires, j’ai rédigé un brouillon de billet de présentation qu’on peut lire ici [15_06_09_ANNONCE GPE IREM]. Le programme du groupe et du carnet associé seront progressivement élaborés au premier trimestre 2015-16: il importe en effet que cette définition soit discutée et « négociée » entre les participants actuels, pour qu’ils soient le plus à l’aise possible avec la formule finalement adoptée.

Les principes sous-jacents (en lien au deuxième axe de réflexion ci-dessus) doivent être encore explicités et approfondis. Un premier état de la réflexion est désormais lisible sous la forme d’un article que j’ai rédigé avec Katalin Gosztonyi (Univ. de Szeged et LDAR) pour les actes du dernier colloque HPM (Copenhague 2014) [PAPER FOR ESU7 corr].

Pour ce travail d’élaboration du fonctionnement du groupe ET du carnet associé, qui fonctionnerait donc en partie comme l’atelier « la lucarne », il me semblerait extrêmement utile de poursuivre et d’approfondir nos échanges. Comme je l’ai indiqué dans mon intervention, ma curiosité a été piquée par le détail des cadrages et procédures de validation qui conduisent les étudiants du CNAM à publier finalement leur travail. Cette réflexion sur le processus éditorial, aussi bien au niveau des modes de validation des billets que de la manière de structurer progressivement une « synthèse inductive » de l’ensemble des travaux réalisés, rejoint entièrement les réflexions résumées dans le précédent projet éditorial (désormais obsolète probablement) pour les « séries de problèmes » [descriptif]

2/ approfondir la réflexion sur les objets de la médiation.

C’est l’autre grande conclusion (pour moi) de notre échange du 9 avril, au croisement (a) des réflexions de Michel et Loïc sur la définition même du corpus « légitime » que les étudiants et partenaires de « la lucarne » contribuent à constituer et qui part d’une définition générique du corpus, comment étant « hétérogène, représentatif de l’espace public “français” et “massif” »1 et (b) des réflexions qui font l’objet même du séminaire « Penser l’objet : enjeux et perspectives pour la recherche en histoire des sciences et de l’éducation » que Muriel a contribué à mettre en place à Montpellier [argumentaire].

Pour moi ces réflexions rejoignent un aspect fondamental de mes recherches, et de la préparation de ma HDR, puisque je compte désormais inscrire la notion « d’objets pédagogiques transitionnels », élaborés par Christian Bonah dans un article récent [Bonah et Danet, voir §2], au centre de ma réflexion sur les rapports entre histoire des sciences et formation professionnelle des enseignants à cette dernière. Pour la même raison, il me semblerait important que les collègues soient invités à participer à notre future journée d’étude: car leur conceptualisation s’appuie elle aussi sur une expérience concrète de mise en ligne et de valorisation d’un corpus filmique très intéressant, celui qui fait l’objet du projet MedFilm [site].

 

  1. voir descriptif, 4ème § de la partie « contexte et genèse du projet []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *