Organisation synoptique

TITRE PROPOSE = Organisation synoptique (8.10)

DEFINITION EVOLUTIVE :

27.9 > toute tentative de résumer visuellement, dans un espace restreint (une feuille visualisable sur écran, ou sur un poster ne dépassant pas la taille A3) l’architecture temporelle (>sa temporalité), conceptuelle (son contenu) et ‘praxique’ (le travail proposé / demandé aux étudiants) du cours.

Ces synopsis sont utiles, dans la mesure où elles aident à visualiser le timing, le déroulement, la temporalité et l’enchaînement du module, tout en restant concises et lisibles. La question se pose cependant, de savoir combien d’informations la synopsis peut ou doit contenir au-delà des infos indiquées ci-dessus : c’est un problème de définition.

Ce critère est heuristique, dans la mesure où il permet de comparer rapidement deux formations différentes, ou une même formation d’une année sur l’autre :

  • Pour une même formation, la comparaison des synopsis permet d’observer l’évolution d’une formation. Autrement dit, pour une synopsis donnée, on peut toujours (quand c’est possible, en fonction des archives) lui ajouter une dimension temporelle en la réactualisant pour les années précédentes : on fabrique ainsi une profondeur temporelle, et un moyen simple et efficace de visualiser des évolutions, le « gradient », et probablement de documenter l’adaptation au public d’étudiants.
  • Pour deux formations différentes, elle permet des comparaisons rapides et intéressantes du poids relatif, par exemple, de l’activité demandée aux étudiants d’un enseignement à l’autre, ou bien du mode d’articulation de cette activité au reste de l’organisation.

EXEMPLES

27.9 : discussion de l’UE5 ‘épistémologie et histoire des sciences et techniques’ du master MFTIGS. Billet d’annonce.

La synopsis proposée (par Alain B.) est celle d’un cours fictif : celui qui correspondrait à l’architecture prévue par Sandrine pour 2012-13, par simple reconduite du schéma de l’année précédente.

Voir la Synopsis: 12_10_08_SYNOPSIS UE5

Remarques sur cette structure :

  • on pourrait facilement pu imaginer (ce qui n’a pas été fait ici, faute de temps) deux autres synopsis qui rendraient compte de la structure du cours les deux années passées: à son lancement (2010-11), puis à sa reprise l’an dernier (2011-12).
  • Pour bâtir cette synopsis, j’ai retenu ici les symbolisations suivantes:
    • Des marqueurs classiques distinguant les séances plus magistrales (CM) des séances de travail avec les étudiants (TP ou TD).
    • des marqueurs de  temporalité (dates indiquées par des espacements)
    • des  enchaînements et dépendances logiques (flèches droites)= dépendance ‘logique’ du contenu d’une séance par rapport à une autre.
    • L’enchaînement ‘praxique’ des travaux demandés aux étudiants : flèches courbes
    • Par contre il n’y a pas de marqueur pour les rapports de dépendance classique entre CM et TD ou TP, probablement parce qu’ici ils sont superflus ou sans objet.
    • On n’a pas noté non plus dans ce schéma les ressources disponibles (aux étudiants) pour assister leur travail, ou en général le mode de suivi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *