2ème séance du séminaire commun: autour du module d’épistémologie du master MFSTIG

Galerie

Nous vous invitons à la prochaine séance du séminaire commun « sciences et techniques » en interférences aura lieu le 27 septembre prochain au SSTP de 13h30 à 16h30 (IUFM/UPEC – Saint Denis, accès). Salle: 108 ou 109 du bâtiment central (voir … Lire la suite

Argumentaire de l’axe 2 du projet ‘sciences et techniques en interférences’

version proposée par Alain début juillet: 

Recherche et enseignement en sciences humaines sur les savoirs scientifiques et techniques.

 L’enseignement supérieur s’appuyant sur une activité de recherche, qu’il ait lieu par ailleurs en université, dans les écoles de techniciens ou d’ingénieurs, est par nature pluridisciplinaire. Les deux grands points de clivage, même s’ils sont remis ponctuellement en cause, restent d’une part la distinction entre les recherches et enseignants en sciences humaines, et toutes les formations en sciences dures ou dans des disciplines techniques ; et d’autre part la tension entre l’appel à développer des perspectives d’enseignement généralistes, et la nécessité de la spécialisation dans un domaine de recherche précis. En outre les espaces d’enseignement supérieurs sont soumis, comme tous les autres espaces d’enseignement, à la double pression constituée d’une part par la demande politique et sociétale, qui exige plus de collaboration avec d’autres espaces de savoir (entreprises, musées, institutions de recherche) et aux renouvellement des pratiques d’enseignement et de diffusion des connaissances induite par la montée des technologies numériques d’information et de communication.

Dans ce contexte, nous nous intéressons spécifiquement à cet espace d’interférences qu’est la conception d’enseignements universitaires ou de ressources pour ces derniers, qui partagent deux caractéristiques essentielles : de s’appuyer sur la recherche en sciences humaines d’une part, et de prendre pour objet des savoirs scientifiques et techniques de l’autre. Nous nous intéressons donc aussi bien à l’ingénierie pédagogique de tels modules d’enseignement, qu’à celle des ressources pour cet enseignement. L’enjeu général est ici d’étudier le ‘conflit épistémologique’ créé par la rencontre des savoirs spécialisés vers les sciences et techniques, et les perspectives induites par les sciences humaines sur ces mêmes savoirs.

Nous travaillons pour l’instant à deux projets concrets : la mise en place d’une recherche critique et comparatiste sur l’ingénierie pédagogique des formations concernées, dans une perspective heuristique et comparatiste. Les critères de comparaison envisagés vont des mode de lecture des dossiers documentaires étudiés, aux modes de visite et d’appropriation de lieux muséaux ou de ressources numériques, en passant par le type de travail demandé aux étudiants, ainsi que les buts et enjeux de ces derniers.

Le second projet est une réflexion prospective sur la manière de concevoir un outil numérique adapté à des objectifs multiples : initiation à la recherche en histoire des sciences et formation à l’enseignement des sciences et techniques notamment.