Séminaire S&T en interférences: Regards sur les science, les techniques et l’ingénierie

Séminaire interférences du 5 février 2015

Lieu: Laboratoire SND, Maison de la Recherche salle S001, 28 rue Serpente, 75006 Paris. 13h30-15h30

Séance organisée par Anne-Sophie Godfroy (UPEC/SND) et Arnaud Mayrargue (UPEC/SPHERE). Cette séance fait suite au colloque organisé en février 2013 par le groupe « interférences » [x]  et dont les actes viennent de paraître [x], et au symposium proposé au dernier congrès de la SFHST (argumentaire et session1).

Communication de Sarah Carvallo (Ecole Centrale de Lyon – S2HEP): Regards sur les science, les techniques et l’ingénierie

Ancrée dans le terrain des écoles d’ingénieurs françaises, ma pratique de la philosophie vise à comprendre et faire prendre conscience aux ingénieurs et scientifiques la manière dont ils regardent et transforment le monde, la société et l’homme. Alors qu’ils sont convaincus de l’objectivité des sciences et des techniques qu’ils étudient et pratiquent, la philosophie permet de ressaisir le lieu et les modalités de la subjectivité à la fois collective et personnelle qui opère dans le savoir et l’action, et le dépaysement historique permet de mieux se ressaisir à son tour comme sujet des sciences et des techniques. Cet objectif se décline en trois moments.

1° Le premier aspect vise à comprendre la manière dont on écrit l’histoire, aussi bien en se tournant vers le passé qu’en regardant vers le futur (par exemple, en termes de progrès, scénarii, de catastrophe). Il convient à cet égard de resituer l’histoire des sciences et des techniques dans une histoire plus vaste à la fois sociale et culturelle, de souligner la manière dont les relations entre sciences et techniques fluctuent.

2° Le second aspect cherche à ressaisir le geste épistémologique de la science comme savoir, ainsi que le geste technique comme savoir-faire. En d’autres termes, il s’agit de comprendre, d’une part, ce que font les lunettes qu’a chaussées le savant pour travailler, et, d’autre part, le savoir-faire qu’incorpore les objets techniques.

3° Les relations entre sciences et techniques s’avèrent floues et fluctuantes selon les époques et les cultures. Or l’ingénieur se situe précisément sur cette frontière et caractérise ainsi une posture spécifique, aussi bien face au savant que face au profane. Ressaisir cette position à la fois sociale, professionnelle et culturelle permet d’ancrer les sciences et les techniques dans un questionnement éthique et politique, qui met au jour la place du sujet des sciences et des techniques.

Informations pratiques: Métro (4 et 10) ou RER (B et C) Saint-Michel / Cluny la Sorbonne / Odéon. Plan.

Anne-Sophie Godfroy

Associate professor in Philosophy
Research team: « Sciences Normes Décision » (FRE 3593) at Université Paris-Sorbonne & CNRS.
Other institution: Université Paris-Est-Créteil

More Posts - Website

Arbres des connaissances : technologies, savoirs, enseignements

Journée d’étude organisée par Ronan Le Roux, Alain Bernard et Arnaud Mayrargue dans le cadre du séminaire « Sciences et techniques en interférence », avec le soutien de l’EA 4395 Lettres, Idées, Savoirs.

Université Paris-Est Créteil, salle de conférences de la Bibliothèque Universitaire Campus-centre, 28 mai 2015 (Métro Créteil-Université, plan d’accès).

Inscription obligatoire en raison du nombre limité de places. (ronan.le.roux{}gmail.com)

L’hyperdisponibilité contemporaine des ressources documentaires pour la formation et l’enseignement, à quelque niveau que ce soit, est liée à des problèmes aigus de structuration des informations et des connaissances.

Ces problèmes ne sont pas inédits : depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, des dispositifs de structuration et de transmission des connaissances ont été élaborés et développés en lien à des dispositifs pédagogiques et à des techniques intellectuelles. Faisant écho à des changements techniques majeurs (naissance de l’imprimerie, puis développement des communications de masse et de l’informatique dans le monde contemporain), ils n’obéissent pas à une logique unilatérale : en face de réponses à des besoins croissants (gestion documentaire et accès à des connaissances en croissance exponentielle) dont la formulation est solidaire d’encyclopédismes et de philosophies variables, diverses filières techniques se sont développées sur le long terme, ouvrant des possibilités mais apportant aussi leur lot de contraintes et d’effets secondaires caractéristiques. Le cas d’Internet en offre un exemple privilégié, par l’amplification exceptionnelle de l’accessibilité à des documents hétéroclites. Si tout ou presque devient plus accessible, l’information spécifique pertinente se trouve en revanche noyée dans la masse. Ce sont également les risques de propagation des erreurs et de réduction de la fiabilité informationnelle qui se trouvent amplifiés de par la facilité de mise en ligne et en circulation.

D’autre part, les techniques, loin de se limiter à des moyens de diffusion et de consultation de l’information, modifient les cadres cognitifs historiques et sociaux par lesquels nous nous représentons un « ordre » des savoirs : les traditionnels « arbres » des sciences ont-ils définitivement laissé la place aux formes peu intuitives des mégamasses de données ? Ou fleurissent-ils plus que jamais dans les arborescences informatiques qui les réifient ?

Dans le cadre de dispositifs de formation ou d’enseignement, il existe aujourd’hui de très nombreux moyens de structurer des connaissances : les cartes mentales, les agrégateurs de flux internet, les outils de partage documentaire, les réseaux sociaux spécialisés, les outils d’aide à la bibliographie ou encore d’annotation sémantique, les plate-formes de cours en ligne, pour ne citer que quelques exemples, fournissent un attirail impressionnant ayant en commun de proposer un mode de structuration de connaissances, et de fournir un moyen raisonné de les transmettre ou de permettre leur appropriation. En même temps, se posent des questions normatives quant à la façon dont ces technologies influent sur la représentation et l’agencement des savoirs à transmettre : imposent-elles des structures ? La relation pédagogique doit-elle proposer de telles structures, ou au contraire laisser autant que possible le champ libre à la construction de ses propres structures par l’apprenant ? Si les choix techniques reflètent des conflits de valeur, il ne faut pas oublier que la technique a ses propres valeurs et n’est pas toujours une simple courroie de transmission.

La journée d’étude a pour objectifs essentiels (a) de mettre en perspective historique et philosophique ces différentes techniques de connaissance, (b) de questionner leur dimension collaborative, et (c) de proposer des critères qui permettent d’en avoir une approche raisonnée et critique.

Programme prévisionnel :

Matin : Aspects généraux

• Ronan Le Roux (MCF ESPE Créteil-UPEC, LIS)
On n’automatise pas le travail de synthèse. Mise en perspective historique et philosophique en guise d’introduction à la journée d’étude

• Eric Letonturier (MCF Univ. Paris-Descartes, CERLIS)
Vers une autre classification : penser le monde en réseau

• Franc Morandi (PU ESPE d’Aquitaine-Univ. Bordeaux, CIH)
La reconfiguration des formats de connaissance

• Thomas Parisot (CAIRN)
L’accès à la connaissance à l’heure du numérique : l’expérience du portail Cairn.info

 

Après-midi : aspects spécifiques à l’enseignement

• Martine Paindorge (MCF ESPE de Lorraine, STEF) / Michaël Huchette (MCF ESPE Créteil-UPEC, STEF) / Solene Zablot (doctorante, Paris 5)
Quelle organisation des ressources par les enseignants des disciplines technologiques et professionnelles ?

• Alain Bernard (MCF ESPE Créteil-UPEC, CAK)
Pourquoi et comment aider les étudiants à écrire de manière arborescente ?

• Irène Passeron (CNRS IMJ) / Alexandre Guilbaud (IMJ-PRG)
Comment transmettre les connaissances sur l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert pour « que nos neveux, devenant plus instruits, deviennent en même temps plus vertueux et plus heureux […] »?