2ème séance du séminaire commun: autour du module d’épistémologie du master MFSTIG

Nous vous invitons à la prochaine séance du séminaire commun « sciences et techniques » en interférences aura lieu le 27 septembre prochain au SSTP de 13h30 à 16h30 (IUFM/UPEC – Saint Denis, accès). Salle: 108 ou 109 du bâtiment central (voir fléchage dans le hall d’entrée).

Il sera consacré à l’ouverture d’un de nos projets de recherche, visant à établir progressivement une comparaison raisonnée entre différents modules de sciences humaines pour un public spécialisé en sciences ou techniques, sous la forme d’un ‘inventaire collaboratif’ (argumentaire). Les étudiants concernés en l’occurrence seront ceux du master « MFTIGS » qui se dirigent principalement vers l’enseignement dans les  voies technologiques et professionnelles, ainsi que vers la formation  en entreprise et la recherche en didactique dans les disciplines technologiques.

Le module (descriptif général) a lieu au second semestre, de mi-février à fin mars pour les cours et TD, un dossier documentaire étant à rendre en avril-mai. Voir à ce sujet la fiche pédagogique du module qui décrit le calendrier (p.3) et surtout le travail attendu des étudiants, qui est ici guidé de manière très détaillée (p.4).

Sandrine, la responsable de cette UE, ne pourra pas assurer entièrement la coordination du module en raison de sa grossesse a demandé  à Alain de reprendre cette dernière pour cette année. Nous avons pensé tirer parti du nouveau séminaire pour faire le point sur le module, compte tenu de l’expérience accumulée en deux ans, des premiers constats et des nécessaires évolutions à apporter au module, notamment pour mieux le coordonner au reste de la formation.

La séance  consistera en un exposé à deux voix (Alain + Sandrine) pour présenter un bilan raisonné du module et proposer un certain nombre d’évolutions, qui pourraient donc être ‘implémentées’ dès le 2nd semestre. Cet exposé nous permettra également d’initier le projet d’un inventaire collaboratif dans lequel cette présentation prend place.

Ci-dessous quelques notes d’analyse préliminaire par Alain. Tous les commentaires sur ce carnet sont les bienvenus, avant ou après la séance!! L’intérêt de cette séance est d’avoir une discussion aussi large que possible sur la conception du travail cette année.

Sandrine, Alain

**********

Alain =  Résumé de mes principaux constats sur le module histoire / épistémo du master MFSTIG

Je résume ci-dessous mes principaux constats, à partir d’une première lecture, qu’il faut que j’approfondisse encore, des travaux que le module a permis de faire rédiger pour l’année 2012-13. La principale conclusion que j’en tire est que les modifications à apporter ne peuvent être décidées que collégialement et en tenant compte d’une 1ère analyse approfondie de cette première expérience.

Ces quelques éléments d’analyse (esquissée) se fondent sur un ‘sondage’ que j’ai fait sur les différents documents déposés sur EPREL par les enseignants et étudiants ayant participé au module en 2011-12. J’indique les 1ères conclusions  que j’en tire pour la conception du module du 2nd semestre et pour l’avancement du projet « d’inventaire critique » de l’axe 2 []. Mon exposé développera ces remarques par une analyse plus approfondie de ces ‘archives’ du travail des étudiants.

1/ le module me paraît totalement ‘mûr’ pour une 1ère réflexion critique sur sa conception, pouvant déboucher sur des modifications effectives:

  • richesse du matériel accumulé (consignes de travail + travaux d’étudiants aux différents stades du travail), donc possibilité d’une analyse fine de ce dossier documentaire déjà important
  • plusieurs enseignants impliqués
  • possibilité de faire participer davantage de collègue intervenant dans le master à la conception des dossiers documentaires mis à dispositions des étudiants. –
  • caractère composite de la construction, qui appelle très naturellement des évolutions

2/ le module est très fondamentalement appuyé sur un travail documentaire dont les premières étapes sont largement guidées (fiche pédagogique), et de deux manières:

  • présence de dossiers documentaires en ligne conséquents
  • présence de ‘guidelines’ détaillés pour chaque étape
  • conception du travail en plusieurs étapes donnant lieu à chaque fois à des échanges avec les enseignants en TD (p.4 de la fiche), qui sont principalement
    • rédaction d’une note biblio sur les lectures à faire
    • rédaction d’une première problématique
    • visite au CNAM (cadre visite)
    • préparation et présentation d’un exposé oral résumant lectures et les réflexions ‘muséologiques’ tirées de la visite du CNAM
    • finalisation d’un travail écrit final tenant compte des étapes précédentes

Dans la mesure où nous avons à la fois les productions des étudiants et le compte rendu oral des enseignants impliqués, il est donc possible de comparer les intentions initiales au résultat effectif, pour autant que celui-ci soit considéré comme accessible (car les textes rédigés ‘sous contrainte’ ne sont qu’un reflet partiel des ‘conséquences’ du module sur le parcours effectif des étudiants). Je tâcherai d’approfondir ma première analyse lors de la séance du 27.9.

 

3/ la première comparaison que j’ai pu faire, à partir d’un sondage sur le cas de trois ou quatre étudiants, me conduit aux 1ères réflexions suivantes, qui me paraissent intéresser un nombre non négligeable de modules semblables:

  •  il y a un hiatus très clair entre les intentions pédagogiques, qui visent clairement à faire construire une problématique à partir d’un matériel (documentaire ou muséologique), et les problématiques effectivement dégagées par les étudiants, qui visent assez souvent des sujets plus vastes que ceux qui relevaient strictement des documents offerts, voire en déviant complètement. Ce problème est d’autant plus intéressant qu’il est récurrent dans de nombreuses conceptions du même type (= où la production des étudiants est un enjeu important)
  • il me semble qu’il se pose un problème de cohérence entre l’introduction générale du module, le travail effectif sur les dossiers documentaires en ligne, la visite au musée. Chacune des parties est sensée contribuer à un tout, mais cette unité est-elle encore transparente? Comment montrer la cohérence des objectifs et améliorer l’imbrication  entre ces parties?
  • La constitution des dossiers documentaires pose un certain nombre de problèmes: elle n’a clairement pas été conçue de la même façon suivant les sujets proposés. Ce n’est pas forcément un mal, mais il serait intéressant de faire une comparaison critique. Ce point paraît crucial car un moyen très simple d’impliquer un nombre important d’enseignants du master dans la constitution des dossiers serait précisément de leur donner un accès à ces dossiers et de leur permettre de les compléter d’une manière qui leur semble adéquate, ou avec des consignes clairs sur ce qu’on attend d’eux. Ceci nécessiterait que les concepteurs du module soient plus clairs sur les attendus de tels dossiers : objet de notre séance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.