descriptif axe 1 au 26 septembre 2012

AXE 1

Former des citoyens une injonction curriculaires : des changements de professionnalités pour les enseignants

Présentation de l’axe

A une échelle globale, on peut facilement reconnaître qu’il existe aujourd’hui dans les programmes 1er et 2nd degré des injonctions visant à former des citoyens responsables maîtrisant des données sur le monde politico-économique ou technoscientifique. Pourtant une étude détaillée montre peu de précisions sur les modalités d’enseignement de questions touchant à l’épistémologie, l’éthique ou l’introduction de l’histoire des sciences. Les enseignants sont donc contraints d’innover, de prendre des initiatives, de créer leur curriculum formel en acquérant une culture et des outils didactiques que leur formation professionnelle ne leur a pas donnée.

Ainsi peut-on schématiquement distinguer

(1) l’introduction de ce que l’on nomme souvent des ‘questions vives’ dans l’enseignement : questions de bioéthique, de développement durable, d’éducation à la santé, ou encore ce qui concernent l’usage des statistiques et probabilités dans tous les domaines du savoir. Ces questions ont précisément comme particularité de faire l’objet de débats publics, d’une surabondance de publications diverses et de renvoyer professeurs comme élèves à leur ‘double existence’ de membres de l’espace scolaire et de citoyens ou futurs citoyens.

(2) l’introduction de thématiques, des méthodes ou de concepts transversaux aux disciplines scientifiques et techniques, et explicitement désignées comme telles, comme l’énergie, ou comme la résolution de problèmes du côté des méthodes. Même à l’intérieur des programmes purement disciplinaires, certaines thématiques atteignent un tel degré de généralité qu’elles posent un problème de définition qui appelle une approche historique ou philosophique : c’est le cas du concept de vivant en SVT, ou de l’apprentissage du calcul en mathématiques. Dans tous les cas, c’est la transversalité ou la généralité du thème qui conduit (sinon oblige) les enseignants à une réflexion d’ordre plus général, qui fait appel à leur culture philosophique ou historique ou les conduit à amplifier cette dernière. Le problème de la définition de ces thématiques renvoie d’ailleurs directement à une histoire qu’il faut en parallèle éclaircir.

(3) L’injonction à développer la culture scientifique des élèves par des partenariats spécifiques, qui conduisent à l’organisation de sorties, ou au contraire à l’intervention d’intervenants extérieurs dans l’espace scolaire, comme cela se pratique plus couramment en lettres. Ces partenariats ont en commun de faire se croiser la logique des institutions partenaires, mais extérieures à l’école, avec l’espace scolaire lui-même. Ces partenariats posent des questions sur la place de chacun.

A partir de ces constats, nous nous proposons d’enquêter de manière fine sur la manière dont les enseignants se confrontent à ces différents niveaux d’injonction, en choisissant à chaque fois des exemples paradigmatiques. Ainsi la « question vive » de la bioéthique, qui concerne initialement les enseignants de philosophie et plus récemment les enseignants scientifiques de SVT et de biotechnologie, nous paraît elle un cas paradigmatique intéressant pour développer une méthodologie d’approche des questions sous-jacentes. La question de la citoyenneté construite à l’école au travers de l’étude de la construction du rapport au vivant sera interrogée du point de vue du curriculum et de la mission des enseignants de l’école primaire au lycée.
Pour les thèmes transversaux, nous nous intéresserons plus particulièrement à ce « thème de convergence » qu’est devenu récemment le thème de l’énergie. Nous rechercherons les grands changements dans la construction de ce concept partagé par les SVT, la physique et la technologie. Nous confronterons les apports des différentes disciplines préconisés par les programmes et nous interrogerons les élèves pour pointer leur degré de compréhension.
L’injonction aux partenariats culturels fera quant à elle l’objet d’une réflexion spécifique dans un autre de nos projets.

Les questions de recherche que nous mettons au centre de ces enquêtes sont les suivantes :
• Quelles relations entre les curricula et les activités (effectives ou déclarées) dans les classes ?
• Comment ces injonctions, et les réponses des enseignants, participent elles à la construction de leur professionnalité ?
• Peut-on détecter au travers de nos enquêtes les résistances aux injonctions en question, et le conflit entre l’épistémologie sous-jacente à ces injonctions, et la culture professionnelle et personnelle propre aux enseignants ?
• Comment le rapport aux ressources, notamment livresques, numériques et multi-médias, ainsi que les institutions partenaires est-il engagé dans les stratégies retenues par les enseignants, aussi bien pour la construction de leur propre culture que pour celle de leurs activités pédagogiques ?
• Comment décliner, en fonction des thématiques qui nous intéressent ici, les enquêtes et entretiens qu’il sera nécessaire de conduire auprès des enseignants concernés ?

Recherches dans l’axe 1

• Regards sur les missions que les enseignants se donnent lorsqu’ils font de la biologie

Notre projet de recherche souhaiterait mettre en tension les missions que les enseignants reçoivent et celles qu’ils se donnent dans leurs enseignements relatifs au vivant. Pour cela nous interrogeons dans le cadre théorique de l’étude, sous l’angle historique et didactique les changements intervenus dans les missions prescrites aux enseignants au regard des curricula successifs sans oublier les paradigmes épistémologiques dont ils sont tributaires. Dans un deuxième temps nous cherchons à préciser ce qui interfère avec les enseignements en terme de : sa pratique didactique et pédagogique, son rapport aux savoirs, son rapport à l’élève, à la culture, à l’institution.

Ces interrogations nous conduisent à aller questionner les enseignants à propos des différentes missions qu’eux-mêmes se donnent, de les comparer aux missions qu’ils reçoivent. L’objectif étant d’envisager la culture partagée qui en découlerait pour les élèves, en se focalisant plus particulièrement, sur les questions d’éducation à la citoyenneté, de construction d’un rapport au vivant, ainsi que sur les différents problèmes sociologiques et éthiques. Elle prendra en compte les nouveaux enjeux tels que l’introduction de questions vives (Albe, 2009 ) et des questions transversales aux disciplines scolaires. Elle visera l’ensemble des enseignants de l’école maternelle aux supérieurs chargés des questions relatives au vivant.

La méthodologie se présente en plusieurs moments :

 Une étude préliminaire, avec un questionnaire proposé en France

Dans un premier temps, il a été choisi de proposer un questionnaire en s’appuyant sur la grille d’analyse du rapport au vivant, construite au cours de la thèse de MDA, mais de ne pas spécifier aux enseignants que le sujet d’étude était entre autre, la construction d’un rapport au vivant, pour ne pas influencer leurs réponses.
Ce questionnaire a été complété par des interrogations en relation avec des sujets d’études montrés par les recherches comme étant des questions socialement problématiques.

Le questionnaire a été conçu et testé auprès d’un échantillon d’une dizaine de personnes afin de le rendre le plus compréhensibles possibles. Une fois construit il a été mis en ligne à l’aide du logiciel « lime survey » et sur la plate forme internet du laboratoire STEF
Les enseignants sont interrogés sur : leur sexe, le nombre d’années depuis lequel ils enseignent ; et sur type d’établissement, leur niveaux d’enseignements.

Une première partie comporte trente deux questions fermées. Les enseignants doivent indiquer l’importance qu’ils attachent dans leur enseignement à l’enjeu cité. Une gradation de 1 (ce n’est pas important) à 6 (c’est très important) est proposée avec un « 0 » pour je ne pense pas qu’il faille le faire.
Une seconde partie vise à distinguer ce qui est vraiment essentiel pour eux en interrogeant sur les quatre enjeux qu’ils considèrent essentiels.
Une troisième partie comporte 3 questions ouvertes, centrées sur des pratiques de classe effectives. Les enseignants sont amenés à donner des exemples précis autour de leur pratique.

L’interrogation principale du questionnaire porte sur
• Les enjeux suivants : connaissance, rencontre des vivants, capacités (expérimentales, méthodologiques), attitude (citoyenne, responsable, critique),
• Les éventuelles gradations entre des vivants qui pourraient être à l’origine d’une hiérarchisation (établissement de niveau d’importance) entre eux

Les questions ont été mélangées, sauf lorsqu’elles évoquent une gradation (23, 24) ou une sorte de choix (3, 4) (17, 18, 19) (12, 13, 14)

http://www.stef.ens-cachan.fr/quest_stage/index.php?sid=78555&lang=fr

Ce premier questionnaire sera étudié en envisageant la pertinence de ses questionnements et sa capacité à permettre de répondre aux différentes questions de recherche.

 Une étude par questionnaire à visée internationale

A partir de l’analyse du 1er questionnaire un second sera construit, avec une ambition comparative internationale.

 Une étude par entretiens semi-directifs

Dans un second temps des entretiens semi-directifs seront menés avec des enseignants ayant laissés leur adresse mail et présentant des profils jugés caractéristiques à la suite de l’analyse des questionnaires pour préciser les facteurs qui influencent leurs pratiques.

Équipe envisagée :
Michèle Dell’Angelo
Maître de conférence en didactique des sciences / sciences de la vie et de la Terre
UMR STEF Sciences Techniques Education Formation ENS de Cachan Bâtiment Cournot
61 avenue du Président Wilson 94235 Cachan Cedex
Université Paris Est Creteil (UPEC) IUFM Melun 3 rue Belle Ombre 77000 Melun
Tél 33 (0)1 64 87 16 95
michele.dellangelo@u-pec.fr

Sandrine de Montgolfier
Maître de conférence en histoire des Sciences du Vivant Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – IRIS – CNRS/INSERM/EHESS/P13
Université Paris Est Creteil Val de Marne (UPEC) Site 2nd degré Scientifique, Technologique, et Professionnel Place du 8 mai 1945 – BP 85
– 93203 Saint Denis Cedex
sandrine.demontgolfier@u-pec.fr

MC Bernard pour le Canada (en pourparlers)
Professeure
Chercheure au CRIRES – Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire
Membre de l’ASIHVIF – Association internationale des histoires de vie en formation
Faculté des Sciences de l’éducation
Département d’études sur l’enseignement et l’apprentissage
2320, rue des Bibliothèques, local 1074
Québec, QC G1V 0A6
Tél.: 418-656-2131 poste 7738
Télécopie (fax): 418-656-2905
marie-claude.bernard@fse.ulaval.ca

Catherine Simard
Doctorante en Éducation
Chargée de cours
UQAR-UQAM
catherine_simard@uqar.qc.ca

Maryline Coquidé : soutien
Professeure
ENS Lyon – INRP
STEF Sciences Techniques Education Formation ENS de Cachan Bâtiment Cournot
61 avenue du Président Wilson
94235 Cachan Cedex
tel : 01 47 40 24 58
maryline.coquide@ens-lyon.fr

Ghislain Samson,
M.Sc. Ph. D.
Directeur du comité de programmes de cycles supérieurs en éducation (DOCTORAT)
Département des sciences de l’éducation-2202 Ringuet
Tél.: 819.376.5011, poste 3625
Téléc.: 819.376-5127
http://www.uqtr.ca/Ghislain.Samson


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.