Séance du séminaire du 17 janvier (axe2): l’évolution du cours d’histoire des maths du master maths-enseignement.

Le jeudi 17 janvier prochain, à partir de 13h45, Matthieu Husson et moi-même préparerons un exposé à deux voix sur l’évolution du cours d’histoire des maths du master maths-enseignement sur l’UPEC, dont Geneviève Allain et Anne Beaulieu sont les responsables [descriptif: M1, M2]. Les collègues intéressés par l’analyse de cette expérience pédagogique sont les bienvenus!

Salle: salle des thèses au RdC du bâtiment de l’UFR de sciences (l’entrée est juste en face de l’entrée principale du bâtiment). 13h45 – 16h30

Pour notre projet de recherche [] ce cours est un « cas d’école » particulièrement intéressant, car le modèle de cours que j’ai suivi cette année [structure] s’inspire directement de celui qu’avait adopté Matthieu l’année précédente (2011-12), quand il m’a remplacé pendant mon année de CRCT. Matthieu s’inspirait lui-même du cours tel que je l’avais conçu l’année précédente (2010-11), qui est aussi l’année de lancement de la nouvelle spécialité « enseignement ». Autrement dit, je me suis trouvé concrètement dans la position de reprendre et d’adapter un schéma de cours qui n’était pas le mien, de même que Matthieu a lui-même construit son cours sur la base du mien (en 2010-11). Enfin le cours de cette année pose la question de savoir comment le rééditer l’an prochain, s’il y a lieu,1 en fonction des enseignements des années posées.

Tout ceci posait, et pose toujours, la question de savoir comment garder une ‘mémoire’ d’un enseignement original qu’on a créé, et le communiquer à autrui? C’est au fond l’une des questions qui est au coeur de notre projet de recherche, qui vise à faciliter et accompagner ce type de « gestation pédagogique ».

L’autre intérêt de ce double exposé est que la formule retenue dans les deux cas donne une très large place à un travail documentaire approfondi, visant à préparer un exposé final, que les étudiants ont conduit pendant quatre à cinq séances à la BNF (en salle de lecture haute). Ce type d’expérience, qui tire parti des outils pédagogiques mis à disposition par la BNF, pose donc aussi la question des partenariats, qui est au centre de l’axe 3 de notre projet général de recherche.

Je rappelle que nous avons déjà analysé en sept-oct un autre ‘cas d’école’: le module équivalent (épistémologie et histoire des sciences et techniques) au sein du  master MFTIGS (voirs les deux compte rendus CR1 et CR2). Plusieurs pages ont été créée sur ce carnet pour suivre les éléments principaux qui ressortent de cette réflexion initiale.

Déroulement de la séance de jeudi

Matthieu et moi-même avons pensé que la meilleure formule serait un exposé en deux temps, où Matthieu, puis moi-même, exposeront librement l’organisation du  module, celui de 2011-12 (Matthieu) puis celui de 2012-13 (Alain). Nous pourrons alors tirer les conclusions de ces deux expériences, articulées l’une sur l’autre, pour le perfectionnement de nos ‘repères heuristiques’.

  1. la question de la structure des formations des années qui viennent dépend désormais de nouveaux cadrages ministériels dont l’annonce est imminente []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.