Séminaire S&T en interférences 2014 – séance du 10 avril.

Nous avons le plaisir de vous convier à la quatrième séance annuelle du séminaire

S&T en INTERFERENCES

Jeudi 10 avril 9h30 – 13h puis 14-17h

Centre A. Koyré, 27 rue Damesme 75013 Paris Accès
Matin 9h30-13h: 5ème étage; Après-midi 14-17h

Cette séance portera sur le thème « L’histoire des sciences et des techniques et la formation des enseignants : quelle ingénierie pédagogique? Comment partager et mobiliser les ressources pertinentes? »

Elle s’inscrit dans le cadre du projet général « sciences et techniques en interférences », qui est rappelé dans ce billet ou dans la page à-propos du carnet et, au sein du centre Koyré, dans le programme du séminaire volant « koyré numérique » (consulter son programme évolutif). Les étudiants et post-doctorants intéressés par l’enseignement de l’histoire des sciences et des techniques sont particulièrement les bienvenus!

Programme : 

9h30-12h30, salle du 5ème étage :

  • Présentation de la problématique du projet ‘sciences et techniques en interférences’
  • Exposé de Muriel Guedj (Université de Montpellier, LIRDEF page personnelle)
    Une ontologie de l’énergie pour l’enseignement : modalités, finalités, usages
  • Exposé d’Alain Bernard (UPEC-ESPE et Centre A. Koyré, page personnelle) « Lier la recherche en histoire des sciences avec la formation professionnelle des enseignants: le cas d’une formation continue liée au projet HASTEC sur les ‘séries de problèmes’ « .
  • Discussion

14h-16h : Discussion informelle sur les enjeux d’un travail collaboratif autour de ressources en histoire des sciences, associant enseignants et formateurs d’enseignants, et chercheurs en histoire et/ou didactique des sciences et techniques.

Les intervenants.

Muriel Guedj est maître de conférences à l’université Montpellier 2, au sein du LIRDEF. Elle a donné une conférence pleinière  lors du colloque UPEC « Les sciences humaines dans les parcours scientifiques et techniques professionnalisants : quelles finalités et quelles modalités pratiques ? » (résumé). Elle contribue au projet « Web sémantique pour l’histoire et la philosophie des sciences et des techniques » porté par la MSH de Lorraine [X et carnet de recherche].

Alain Bernard est maître de conférences à l’université Paris Est Créteil (UPEC), dans la nouvelle composante dédiée à la formation des enseignants (ESPE). Au sein du labex HASTEC, il participe à la coordination d’un projet de recherche collaboratif sur « les séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures » (carnet) et l’exposé s’appuiera sur la formation continue associée au projet (présentation). En février 2013 il a participé, au sein du groupe ‘sciences et techniques en interférences », à l’organisation d’un colloque soutenu par le Centre Koyré « Les sciences humaines dans les parcours scientifiques et techniques professionnalisants : quelles finalités et quelles modalités pratiques ? » (lien).

********

Résumé de l’intervention de Muriel Gued: Une ontologie de l’énergie pour l’enseignement : modalités, finalités, usages

Complexe et polymorphe, le concept d’énergie est difficile à appréhender alors que, sans cesse mobilisé sur le devant de la scène médiatique, il donne lieu à des acceptions diverses, peu rigoureuses parfois même erronées. Très présent également dans les programmes de l’enseignement secondaire français, l’énergie est jugée par les enseignants comme étant un thème difficile à aborder. A cet égard l’épistémologie, l’histoire des sciences et des techniques (EHST) offre des pistes de réflexions permettant de croiser les approches et de souligner les tâtonnements, les doutes et choix qui ont jalonné l’émergence du concept. Ainsi, la constitution d’un corpus d’EHST s’avère essentielle. Comment rendre ce corpus cohérent alors même que ses sources apparaissent comme étant très hétérogènes? Comment engager un travail collaboratif et interactif pour les enseignants et les chercheurs du domaine? La complexité du concept et son insertion au sein d’un réseau de connaissances diverses nous a conduit à ébaucher une ontologie de l’énergie. Les questions relatives à cette ébauche renvoient aux usages supposés, aux objectifs visés en terme de contenus et de compétences; elles interrogent de nouvelles pratiques enseignantes et de nouvelles pratiques dans le domaine de l’EHST.

Résumé de l’intervention d’A. Bernard, Lier la recherche en histoire des sciences avec la formation professionnelle des enseignants: le cas d’une formation continue liée au projet HASTEC sur les ‘séries de problèmes’ 

Depuis 2012 et dans le cadre d’un projet de recherche collaboratif développé au sein du laboratoire d’excellence « HASTEC » (Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances) dédié aux séries de problèmes [X], une formation à caractère expérimental a été développée en collaboration entre le labex HASTEC, l’IREM de Paris 7 et l’ESPE de l’académie de Créteil. Cette formation est destinée à un public mixte formé d’enseignants du secondaire en poste (en mathématiques histoire et lettres principalement) et d’étudiants de master ou doctorat au sein du labex. Elle est en outre volontairement conçue comme mêlant formation professionnelle (pour les stagiaires enseignants) et initiation à la recherche. J’aimerais dans la discussion présenter les enjeux et modalités de cette formation, pour légitimer le bien fondé de ce « mélange des genres » qui pourra paraître a priori curieux, et en expliquer les enjeux en termes à la fois d’initiation à la recherche et de développement professionnel. Cette discussion est liée à la mise en place des nouvelles formations pour enseignants dans le cadre des masters MEEF (Métiers de l’Enseignement, l’Education et la Formation) portés par les nouvelles Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education (ESPE).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *