Séminaire S&T en INTERFÉRENCE : 29 janvier 2015, ENS de Cachan

 

Ce séminaire regroupe les équipes de recherche :

INTERFÉRENCE de l’UPEC et EVEREST de l’UMR STEF/ ENS Cachan/Ifé ENS Lyon

Il se déroulera à l’ENS de Cachan, bâtiment Cournot, salle 325 (3ème étage) à 14h

Thème : Valeur(s) et éthique dans les programmes

Ce séminaire est une étape préliminaire à la réflexion qui sera menée lors du colloque : La vie et le vivant : De nouveaux défis à relever dans l’éducation (lien avec le carnet).

Une première analyse, par mots clé, des programmes en France[1] et au Québec montre que les mots valeurs et éthique sont très peu présents dans les programmes (dell’Angelo, Simard, Coquidé et de Montgolfier, 2014)[2].

Les programmes français de sciences de la vie et de la Terre (SVT) proposent quelques pistes sur la définition d’une éthique reliée à des thèmes d’étude (reproduction, santé, génétique)  et à des capacités, très générales et laissées à l’appréciation des enseignants. Ainsi dans l’introduction pour le collège, l’éthique correspond à : « qu’est-il juste, ou non, de faire ? Et selon  quels  critères  raisonnés  et  partageables ?  Quelle  attitude responsable    convient-il    d’avoir    face    au    monde    vivant,    à l’environnement, à la santé de soi et de chacun ? ». Dans la présentation du programme de la classe de troisième, l’éthique s’inscrit dans une attitude à faire acquérir « la  conscience  des implications éthiques de certains progrès scientifiques », au côté de « la responsabilité face à l’environnement, au monde vivant et à la santé ». A tous les niveaux du lycée, il est précisé « Être conscient de l’existence d’implications éthiques de la science.» parmi les « Capacités et attitudes développées tout au long du programme »,

La question de l’éthique est étroitement reliée à celle de valeurs. Kolsto[3] (2005) relie ainsi connaissances et valeurs en matière de décision : suivant leurs propres valeurs, des personnes  peuvent avoir des jugements différents avec les mêmes informations. En appliquant cette différenciation Kacem et Simonneaux[4] (2007) montrent que les futurs enseignants de biologie et de philosophie ont des positionnements différents et fondent leurs positions sur la religion, sur les valeurs morales et non sur les aspects scientifiques, économiques et politiques à des degrés divers suivant les questions posées. Différentes études pointent aussi l’existence d’une culture socioprofessionnelle et disciplinaire des enseignants, que ce soit sur des sujets comme l’importance accordée par les professeurs à développer l’esprit critique, à former les élèves à l’argumentation (Albe et Simonneaux[5], 2002) ou à la citoyenneté, ou sur d’autre aspects de l’enseignement scientifique en lien avec la démarche d’investigation ( Monod-Ansaldi & Prieur[6], 2011).

Placée aussi dans le prolongement du colloque Enseignement des sciences et questions d’éthique dans l’enseignement secondaire » organisé par la Commission nationale française pour l’UNESCO (CNFU), cette après-midi vise à interroger les programmes et les pratiques des enseignements de différentes disciplines scolaires : mathématiques, physique/ chimie, instruction civique, philosophie et SVT.

Pour éclairer nos échanges différents intervenants sont prévus :

Sandrine de Montgolfier et Michèle dell’Angelo

Alain Bernard pour les mathématiques

Guilhem Labinal pour l’histoire, la géographie et l’instruction civique


[1] Programmes de l’enseignement de sciences de la vie et de la Terre. Bulletin officiel spécial n° 6 du 28 août 2008 – Horaires et programmes d’enseignement de l’école primaire Bulletin officiel hors série n° 3 du 19 juin 2008

[2] DELL’ANGELO-SAUVAGE, M., SIMARD, C., COQUIDÉ, M. ET DE MONTGOLFIER, S. (2014). Enseignements relatifs au vivant : quelles valeurs, quelles missions et quels moyens des enseignants? In M.C. Bernard, A. Savard & C. Beaucher, Rapports aux savoirs : clé pour analyser les épistémologies enseignantes et les pratiques de classe (pp.135 – 153). Volume en ligne sur le site du Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire (CRIRES). http://lel.crires.ulaval.ca/public/le_rapport_aux_savoirs.pdf

[3] KOLSTO, S. D., 2005, « The relevance of values for  coping with socioscientific issues in science education ». ESERA conference 2005, Barcelona, Spain

[4] KACEM, S. & SIMINNEAUX, L. (2005). Rapport à l’expérimentation sur le vivant animal et obstacles à l’apprentissage du concept « acte réflexe ». In 4ème rencontres de l’ARDIST. Lyon : INRP, 191 – 192. http://www.inrp.fr/ardist2005/telechargement.php signet 191.

[5] ALBE, V., & SIMONNEAUX, L. (2002). L’enseignement des questions scientifiques socialement vives dans l’enseignement agricole : quelles sont les intentions des enseignants ? Aster, 34, 131 – 156.

[6] MONOD-ANSALDI, R. & PRIEUR, M (Coord). (2011). Démarches d’investigation dans l’enseignement secondaire : représentations des enseignants de mathématiques, SPC, SVT et technologie. Rapport d’enquête IFÉ – ENS de Lyon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *