Le projet d’édition collaborative accompagnant le projet HASTEC « séries de problèmes »

Le projet éditorial accompagnant la recherche sur les « séries de problèmes » » au sein d’HASTEC: comment croiser l’expertise d’enseignants avec celles de chercheurs en sciences humaines? Comment intégrer et faire participer un lectorat plus large? 

Contexte et personnes impliquées.

Le projet de recherche « les séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures » associe depuis 2011 une quinzaine de personnes, etc. Il s’agit d’un projet collaboratif et interdisciplinaire centré sur l’étude de textes répondant à la catégorie générale suivante: un genre de texte écrit, constitué d’une collection de questions et réponses, et présentant un principe d’ordonnancement (ou sérialité) qui lui donne une identité propre. Ce projet aboutit fin 2014 à une publication qui est en cours de finalisation [descriptif]. à partir de 2015 la continuation du projet prend la forme d’un séminaire de lecture de textes choisis.

Depuis 2012 le projet a également associé indirectement un certain nombre d’enseignants et d’étudiants, qui ont été invités à suivre un stage de formation sur le même thème [session 2012-13; session 2013-14]. De ce stage est issu l’idée de mettre en place un groupe IREM de recherche action, invitant des enseignants en poste (mathématiques, lettres, histoire) à approfondir les thèmes du stage [annonce]. La première mise en œuvre date de cette année 2014-15, elle est donc encore au stade expérimental: Katalin Gosztonyi et moi-même avons néanmoins fait une première communication à ce sujet pour en décrire le principe [texte de la communication].

On peut donc dire que sont associés de facto au projet une vingtaine de personnes actives, 17 chercheurs ou étudiants impliqués dans le projet de recherche, et quelques collègues émargeant au groupe de travail indiqué ci-dessus. Au titre des collègues indirectement ou potentiellement impliqués il faut compter les stagiaires du stage signalé ci-dessus. Le point important est que les expertises et activités professionnelles des membres sont divers, sans être non plus disparates: tous en effet ont une activité en rapport à la recherche et/ou à l’enseignement, secondaire ou supérieur. En particulier il n’y a pas (pour l’instant) de contributeur ou -trice qui travaille dans la médiation scientifique, ou qui entre dans la catégorie plus générale du « public cultivé ».

Le projet éditorial qui fait l’objet de ma présentation

Depuis 2012 a été mis à l’étude, au sein du projet « séries de problèmes », un projet éditorial qui permettrait d’accompagner aussi bien le projet de recherche que le groupe de réflexion associé. L’idée est la généralisation d’un modèle déjà étudié entre 2009 et 2012 avec Grégory Chambon et Caroline Ehrhardt sur un autre sujet [résultat; projet éditorial]: il s’agit de bâtir sur le thème des séries de problèmes un recueil de textes commentés semblables aux « sources books » anglo-saxons qui existent de longue date, ou à d’autres publications plus récentes en langue française (publications du réseau des  IREM notamment). L’originalité de ce modèle de publication est d’anticiper deux niveaux de commentaires: (a) un niveau classique, associant à chaque texte ou groupes de textes un commentaire expliquant le contexte historique, l’intérêt épistémologique, et les choix éditoriaux ou de traduction; (b) un niveau moins classique quoiqu’existant déjà sous différentes formes, associant aux textes un « commentaire enseignant », c’est-à-dire un commentaire relatant ou problématisant la rencontre entre le texte édité, et l’expérience personnelle et professionnelles de ses lecteurs enseignants. La forme précise de cette seconde couche de commentaires n’est pas encore arrêtée, idéalement elle devrait prendre la forme d’un texte de synthèse renvoyant à des analyses détaillées d’expériences de lecture.

Etat actuel du projet

En 2014 un premier essai de formalisation de ce projet a eu lieu, mais sans avoir pour objectif une mise en œuvre directe: il s’agissait plutôt de bâtir un horizon pour accompagner le nouveau séminaire de lecture sur des textes du genre « séries de problèmes », ainsi que le groupe de réflexion associant des enseignants, dont il a été question plus haut. La préoccupation basique est de créer les conditions, aussi bien de circulation que d’annotation des textes étudiés, pour les textes étudiés dans le séminaire de lecture ou bien le groupe de travail, et les « résultats » des discussions issus de ces discussions, soient capitalisés pour aboutir à terme à une publication collective, sous forme d’un recueil de textes commentés.

Un modèle d’architecture du travail éditorial qui permettrait une telle capitalisation a été proposée dans un billet du carnet « interférences » de septembre dernier [billet]. A l’heure actuelle il n’a pas fait l’objet d’une évaluation par les membres du groupe, il a simplement été soumis à l’avis des responsables de la plateforme numérique du centre Koyré. Ce qui est mis en place concrètement est le séminaire de lecture lui-même, ainsi que le groupe de travail associé aux formations. Tout le problème est de décider aujourd’hui si ce projet doit être mis en œuvre à partir de 2016, et comment: une première demande financière pourrait alors être déposée en septembre 2015 auprès du labex HASTEC.

Essai de définition des enjeux de ce projet éditorial.

Le premier enjeu est très basique: il s’agit de rendre le projet suffisamment simple, fonctionnel et lisible pour que les participants puissent se l’approprier, c’est-à-dire à la fois y contribuer et trouver ce qu’ils y cherchent – notamment des textes à étudier ou à contraire à partager, et un espace pour échanger des annotations et des analyses. Il y a donc un vrai problème de simplicité et d’ergonomie.

Un sous-enjeu plus précis du précédent, et qui touche directement au problématiques du séminaire « légitimation » est de savoir comment gérer l’auctorialité des textes et commentaires dans un projet, où chacun et notamment les chercheurs et étudiants, doit pouvoir revendiquer précisément ce qu’a été sa contribution et donc ce qu’il peut dire avoir signé. En arrière plan, le problème plus général se pose de définir le niveau de légitimité à la fois universitaire et professionnel de l’objet visé lui-même: en tant que recueil édité ou plutôt co-édité, quelles en sont les garanties scientifiques, et correspondant à quel mode de curation des textes retenus pour l’édition?

On touche là à une des raisons majeures qui nous poussent à expliciter très précisément le mode d’organisation du travail éditorial: il s’agit bien à terme de garantir la légitimité du produit, en décrivant explicitement les modalités du processus éditorial.

Un autre enjeu intéresse particulièrement la problématique de « sciences et techniques en interférences »: le projet constitue en effet par lui-même un milieu hybride dans laquelle les expertises respectives des participants puissent être signalées, mais puissent également évoluer. Tel collègue, enseignant et contribuant à un niveau de commentaire « enseignant », peut à moyen terme trouver là un moyen de se former à la recherche en sciences humaines et acquérir une nouvelle expertise. Ces trajectoires ne sont pas nouvelles, la question est de bien comprendre ce qui, dans le dispositif, « fait séminaire » et autorise ce glissement graduel.


Une réflexion au sujet de « Le projet d’édition collaborative accompagnant le projet HASTEC « séries de problèmes » »

  1. Ping : Atelier 2015/3 Journée d’étude : Dispositifs hybrides de négociation du savoir | Légitimations du savoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *